Dakota du Sud : Véto sur l’augmentation du THC dans les produits à base de chanvre

Partagez cet article

 

Le Dakota du Sud a récemment rejoint la vague en adoptant une loi pour légaliser le chanvre en 2019, mais la production et la vente de chanvre dans l’État restent réglementées. Une nouvelle loi visant à augmenter la limite de THC dans les produits à base de chanvre a cependant entraîné la controverse et l’opposition de la gouverneure Kristi Noem. Cette controverse soulève des questions importantes sur les avantages et les risques de l’augmentation de la limite de THC, ainsi que sur les limites de la production de chanvre et les préoccupations des responsables politiques quant à son impact sur la santé publique. Dans cet article, découvrons beaucoup plus sur ce sujet.

La gouverneure du Dakota du Sud s’oppose à son veto à une loi augmentant le taux de THC dans les produits de chanvre

Le THC est un composé chimique présent dans le cannabis qui provoque des effets psychotropes chez les personnes qui le consomment. Dans de nombreux pays, y compris les États-Unis, le THC est considéré comme une substance contrôlée et sa possession, sa production et sa vente sont réglementées.

En mars 2021, la gouverneure du Dakota du Sud, Kristi Noem, a opposé son veto à une loi qui visait à augmenter le taux de THC autorisé dans les produits à base de chanvre. La loi avait été adoptée par les élus de l’État avec une majorité écrasante, mais la gouverneure exerçait son droit de veto.

Le chanvre est une variété de cannabis qui contient généralement moins de THC que la marijuana, une autre variété de cannabis. Le chanvre est utilisé dans une variété de produits, tels que des textiles, des cosmétiques et des compléments alimentaires. Dans de nombreux États des États-Unis, les produits de chanvre contenant moins de 0,3 % de THC sont autorisés à la vente.

La loi rejetée par la gouverneure Noem aurait augmenté le taux de THC autorisé dans les chanvres à 1 %, soit plus du triple de la limite actuelle. Les partisans de la loi ont affirmé que cela aiderait les agriculteurs à cultiver des variétés de chanvre plus puissants, tandis que les opposants ont fait valoir que cela pourrait conduire à une augmentation de l’utilisation récréative du cannabis dans l’État.

La gouverneure Noem a justifié son veto en affirmant que l’augmentation du taux de THC dans les produits de chanvre pourrait rendre plus difficile la distinction entre le chanvre et la marijuana, ce qui rendrait plus difficile l’application des lois régissant le cannabis dans l ‘État. Elle a également exprimé sa préoccupation quant à l’impact potentiel sur la santé publique, affirmant que la recherche n’était pas suffisamment claire quant aux effets du THC sur la santé.

En résumé, la gouverneure du Dakota du Sud a opposé son veto à une loi qui aurait augmenté le taux de THC autorisé dans les produits de chanvre, affirmant que cela pourrait plus difficile l’application des lois sur le cannabis dans l’État et soulevant des préoccupations quant à l’impact potentiel sur la santé publique.

taux de THC

La controverse autour du projet de loi pour augmenter le taux de THC dans les produits à base de chanvre

Le projet de loi pour augmenter le taux de THC dans les produits à base de chanvre a provoqué une controverse considérable dans de nombreux États américains. La principale source de controverse est la question de savoir si l’augmentation du taux de THC entraînerait une augmentation de l’usage récréatif du cannabis et des effets psychotropes associés.

Le THC, ou tétrahydrocannabinol, est le principal composé psychoactif présent dans le cannabis. Le chanvre, une variété de cannabis, contient naturellement des niveaux très faibles de THC, généralement inférieurs à 0,3%. Cette faible teneur en THC signifie que le chanvre est souvent utilisé dans la production de produits à base de chanvre tels que des aliments, des boissons, des produits de beauté et des suppléments.

Cependant, certains États ont adopté des lois qui permettent aux producteurs de chanvre d’augmenter la teneur en THC de leurs produits jusqu’à un certain niveau, généralement autour de 1 %. Cette augmentation du taux de THC devrait permettre aux producteurs de chanvre de produire des produits plus puissants, tels que des extraits de chanvre à spectre complet, qui contiennent une plus grande variété de composés actifs.

Cependant, cette proposition a été critiquée par certains groupes de défense de la santé, qui craignent que l’augmentation de la teneur en THC ne conduise à une augmentation de la consommation de cannabis récréatif et des effets psychotropes associés. En réponse à ces préoccupations, certains États ont adopté des lois interdisant l’augmentation de la teneur en THC dans les produits à base de chanvre.

Dans l’ensemble, la controverse autour du projet de loi pour augmenter le taux de THC dans les produits à base de chanvre reflète les divergences d’opinion sur l’utilisation du cannabis à des fins médicales et récréatives. Alors que certains États cherchaient à assouplir les restrictions sur l’utilisation du cannabis, d’autres persistent à s’opposer à cette tendance en raison des préoccupations concernant les effets sur la santé et la sécurité publique.

Les limites de la production de chanvre et les préoccupations de la gouverneure Kristi Noem

Le changement est une culture à croissance rapide et peu exigeante en matière de sol et de ressources en eau, et est donc considérée comme une alternative durable à de nombreuses cultures conventionnelles. Cependant, la production de chanvre aux États-Unis est limitée par des réglementations strictes sur le taux de THC, le principal composé psychoactif du cannabis.

La controverse autour du projet de loi pour augmenter le taux de THC dans les produits à base de chanvre a été alimentée par les préoccupations de la gouverneure Kristi Noem. Elle s’oppose à cette mesure, affirmant que l’augmentation du taux de THC pourrait difficilement différencier entre le chanvre industriel et le cannabis hautement psychoactif. Elle estime que cela pourrait conduire à la légalisation indirecte du cannabis et à une augmentation de la consommation de drogue dans l’État.

D’autres critiques de la proposition susceptibles d’augmenter le taux de THC pourraient également rendre les produits à base de chanvre moins sûrs pour la consommation, car une teneur plus élevée en THC pourraient entraîner des effets secondaires indésirables tels que l’anxiété, la paranoïa ou même des hallucinations.

Cependant, certains défenseurs de la légalisation du cannabis ont estimé que l’augmentation du taux de THC est nécessaire pour permettre aux producteurs de chanvre de diversifier leur offre de produits, de satisfaire les besoins des consommateurs et de favoriser l’économie locale. Ils fournissent que le chanvre est déjà utilisé dans de nombreux, tels que les cosmétiques, les compléments alimentaires, les textiles et les matériaux de construction, et que l’augmentation du taux de THC ne permet pas aux producteurs de répondre à la demande croissante de produits à base de chanvre de qualité supérieure.

En somme, la question de savoir s’il convient d’augmenter le taux de THC dans les produits à base de chanvre reste controversée, avec des opinions divergentes quant aux avantages et aux risques potentiels de cette mesure.

Les arguments en faveur et contre l’augmentation de la limite de THC dans les produits à base de chanvre

Les arguments en faveur de l’augmentation de la limite de THC dans les produits à base de chanvre sont principalement liés à l’efficacité des produits pour les consommateurs. Les partisans de l’augmentation de la limite de THC font valoir que cela permettra d’obtenir des produits de chanvre plus efficaces pour traiter les maladies, réduire l’anxiété et soulager la douleur.

Les partisans de l’augmentation de la limite de THC dans les produits de chanvre pourraient permettre d’obtenir des produits plus efficaces pour traiter ces affections, sans avoir besoin de prendre des médicaments plus forts ou plus addictifs.

Cependant, les opposants à l’augmentation de la limite de THC soulèvent plusieurs préoccupations. Tout d’abord, ils craignent que cela ne conduise à une augmentation de la consommation de marijuana, en particulier chez les jeunes. De plus, cela pourrait également avoir des conséquences sur les tests de dépistage de drogues, car les produits de chanvre à haute teneur en THC pourraient conduire à des résultats positifs pour la marijuana, même si les consommateurs n’ont pas consommé cette drogue.

De plus, certains États, comme le Dakota du Sud, ont des préoccupations liées à la légalisation de la marijuana en général. Les partisans de la limite actuelle de THC pourraient entraîner que l’augmentation de cette limite soit considérée comme une première étape vers la légalisation complète de la marijuana, ce qui pourrait avoir des conséquences pour la santé publique et la sécurité.

Enfin, certains s’inquiètent également de l’impact environnemental de l’augmentation de la limite de THC. En effet, la production de chanvre à haute teneur en THC nécessite souvent plus de ressources en eau et en énergie que la production de chanvre traditionnel, ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur l’environnement.

taux de THC: augmentation

Les effets potentiels de l’opposition de la gouverneure à la loi sur l’industrie du chanvre du Dakota du Sud

Tout d’abord, l’industrie du chanvre du Dakota du Sud pourrait perdre des revenus importants en raison de l’interdiction de la vente de produits à base de chanvre avec des taux de THC supérieurs à 0,3%. En effet, l’augmentation de cette limite permet la production de produits à base de chanvre plus efficaces et plus rentables. En s’opposant à cette mesure, la gouverneure Kristi Noem risque donc de freiner le développement économique de l’industrie du chanvre dans l’État.

En outre, l’opposition de la gouverneure à l’augmentation de la limite de THC dans les produits à base de chanvre pourrait également dissuader les producteurs de chanvre de s’installer dans le Dakota du Sud. Les producteurs pourraient préférer s’installer dans des États plus favorables à l’industrie du chanvre, qui ont des lois plus souples sur le taux de THC dans les produits à base de chanvre. Cette fuite de producteurs pourrait donc entraîner une baisse de la production de chanvre dans l’État, et donc des pertes économiques pour les agriculteurs locaux.

Enfin, l’opposition de la gouverneure à cette loi pourrait également retarder la mise en place des réglementations plus claires pour l’industrie du chanvre dans l’État. En effet, l’augmentation de la limite de THC dans les produits à base de chanvre nécessite la mise en place de réglementations strictes pour garantir la sécurité des consommateurs et la qualité des produits. Si la gouverneure s’oppose à cette loi, il est possible que le Dakota du Sud prenne plus de temps à mettre en place ces réglementations, ce qui pourrait nuire à la réputation de l’État en matière de production de chanvre et limiter les opportunités économiques pour les entreprises locales.

En conclusion, la controverse autour de l’augmentation de la limite de THC dans les produits à base de chanvre au Dakota du Sud met en lumière les divergences d’opinions sur la réglementation de cette industrie émergente. Alors que certains défendent la nécessité de soutenir cette filière en permettant une augmentation du taux de THC, d’autres craignent les risques pour la santé et la sécurité publique associés à une telle mesure. La gouverneure Kristi Noem a exprimé ses préoccupations concernant ces risques et a opposé son veto à la loi. Cependant, cette opposition pourrait avoir des conséquences négatives pour l’industrie du changement du Dakota du Sud, qui pourrait perdre en compétitivité par rapport à d’autres États qui autorisent des taux de THC plus élevés.

spot_img

Articles Similaires

Le Maroc vise le marché européen du cannabis légal

Le Maroc est en passe de devenir un acteur...

La Polynésie approuve le cannabis thérapeutique

La Polynésie française a franchi une étape significative vers...

La Nouvelle Légalité du Cannabis aux États-Unis : Une Opportunité pour la Recherche

En mai dernier, la DEA (Drug Enforcement Administration) des...

Chanvre à Victoria : Le gouvernement passe à l’action

Le gouvernement de l'État de Victoria en Australie a...

Australie: Controverse autour des bonbons gélifiés aux champignons

Un rappel massif des bonbons gélifiés "Mushroom Gummies" d'Uncle...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img