Dépendance au THC : différences entre la dépendance physique et la dépendance psychologique

Partagez cet article

 

Selon la dépendance, on pensait auparavant que c’était l’un ou l’autre. En réalité, la dépendance est à la fois physique et psychologique. Cependant, il y a une différence entre la dépendance physique et la dépendance psychologique. En effet, la dépendance physique est considérée comme une tolérance et un retrait. Tandis que la dépendance psychologique est la dépendance aux médicaments ou à la substance de choix. Qu’en est-il de la dépendance au THC ? Nous vous expliquons !

Peut-on vraiment être dépendant du THC ?

Alors que certains prétendent qu’il n’y a pas de « dosage sûr » de THC, aucun décès dû à une surdose de THC n’a jamais été prouvé. Toutefois, le risque de décès par d’autres causes (accidents de voiture, comportement imprudent) augmente en état d’ébriété. On estime qu’il faudrait fumer environ 8,5 kg de marijuana en 15 minutes pour mourir du pot, une impossibilité physique probable.

Le débat le plus courant porte sur la question de savoir si le THC crée une dépendance. Bien que moins de personnes soient dépendantes au THC que de la cocaïne ou de l’alcool, la dépendance au THC est bien réelle. Le Drug Alcohol Depend indique que 9 % des personnes qui consomment du THC en deviendront dépendantes. Et ce nombre grimpe à 17 % lorsque la consommation commence à un plus jeune âge (notamment chez les adolescents).

Comment le THC, le principal composé de la marijuana, affecte notre cerveau ?

Il interagit et active les protéines cérébrales appelées récepteurs cannabinoïdes. En fait, ces produits sont essentiels dans les domaines de l’apprentissage, de la mémoire et du traitement des récompenses. Cela amène également le cerveau à libérer une substance chimique connue sous le nom de dopamine. De plus, cette substance est souvent associée à des émotions positives. Ainsi, le consommateur devient addict au THC. D’ailleurs, l’augmentation de la dopamine se produit également chez les personnes qui consomment de l’héroïne et de la cocaïne. Cependant, la dépendance à la dépendance physique par rapport à la dépendance à la dépendance psychologique présente des distinctions claires.

Strucrute THC, dépendance au THC - Cannabig Info

La dépendance physique au THC

La dépendance physique au THC se manifeste d’une manière physique affectant le corps. En effet, elle correspond à des changements de niveau chimique dans le cerveau qui sont modifiés par les produits chimiques addictifs contenus dans le THC. Avec le temps, ces composants modifient la chimie du cerveau.

La dépendance physique au THC peut inclure des symptômes de sevrage tels que :

  • La dépression
  • Colère
  • Manque de sommeil
  • Problèmes gastro-abdominaux
  • Tremblement
  • Saisies

La dépression

La dépression est un symptôme de sevrage. La dépression ou une attitude douteuse peuvent être problématiques lorsqu’on essaie d’aller en convalescence pour obtenir de l’aide. Avoir une disposition maussade est aussi un symptôme de sevrage. En fait, il s’agit d’une dépendance addictive commune physique par rapport à une dépendance psychologique.

Colère

Les explosions de colère sont un autre symptôme d’une dépendance addictive physique par rapport à la dépendance addictive psychologique. Les explosions de colère peuvent être causées par la frustration lorsque la personne se sent impuissante. Ainsi, elle prend un dosage trop fort de la substance pour être surmontée.

Feuilles de marijuana, 3 joints, fleurs de cannabis - Cannabig Info

Manque de sommeil

L’insomnie ou le manque de sommeil est un autre attribut de dépendance physique par rapport à l’attribut de dépendance psychologique. De plus, l’insomnie peut entraîner d’autres problèmes de santé. Cependant, le sommeil est important pour maintenir une vie saine.

Problèmes gastro-abdominaux

Dans la dépendance physique, des problèmes gastro-abdominaux peuvent survenir. En effet, la constipation et la diarrhée sont deux effets qui se manifestent physiquement. D’ailleurs, la diarrhée peut provoquer une déshydratation qui peut entraîner d’autres problèmes de santé.

Tremblement

Une autre différence entre la dépendance physique et la dépendance psychologique ? Le tremblement peut apparaître comme un symptôme de dépendance physique. En effet, cette réaction est une secousse incontrôlée. De plus, la toxicomanie cause cette réaction. Voilà pourquoi il s’agit d’un attribut de dépendance physique addictif.

Saisies

Les convulsions sont un symptôme de sevrage de la dépendance physique. Si vous ou un proche avez des convulsions, consultez un médecin dès que possible. Les crises sont des actions soudaines et incontrôlées qui perturbent le schéma des ondes cérébrales. D’autre part, les inconforts encore moins problématiques sont également des attributs de la dépendance addictive physique. Cela inclut la transpiration et les larmes aux yeux.

Caricature homme addict à la marijuana, dépendance au THC - Cannabig Info

La dépendance psychologique au THC

La dépendance psychologique par rapport à la dépendance physique est la façon dont on se comporte. Certaines dépendances psychologiques sont :

  • Incapable d’arrêter la consommation de drogue
  • Abus de drogues même lorsque des problèmes de santé surviennent
  • Utiliser des stupéfiants pour faire face aux problèmes de la vie
  • Obsession
  • Prendre un pari
  • Prendre des doses plus importantes

Incapable d’arrêter la consommation de drogue

Ne pas être en mesure d’arrêter de consommer de le THC est un symptôme courant de la dépendance psychologique. En fait, ceci est un comportement symptomatique d’une dépendance psychologique. Dans ce cas, vous et votre corps dépendez de cette substance.

Abus de THC même en cas de problèmes de santé

L’incapacité d’arrêter de consommer le THC même après l’apparition de problèmes de santé est un autre symptôme de la dépendance psychologique.

Utiliser du THC pour faire face aux problèmes de la vie

Lorsqu’une personne utilise du THC pour faire face aux problèmes de la vie, c’est un symptôme de dépendance psychologique. En effet, la plupart des addict au THC l’utilise pour faire face aux hauts et aux bas de la vie. Donc, dans ces situations, il y a une dépendance à cette substance. Cela s’avère être une relation malsaine entre la substance et la personne.

Obsession

Cette réaction est une forme de dépendance psychologique. En fait, l’obsession, c’est quand quelqu’un est épris du THC qu’il utilise. Dans cette situation, la seule chose qui compte est d’obtenir la substance et de l’utiliser. Ainsi, la substance amène la personne à faire des choses qu’elle ne ferait pas normalement.

Prendre un pari

La dépendance au THC peut vous faire prendre des risques dans les décisions de la vie. Il s’agit d’un symptôme de dépendance psychologique par rapport à la dépendance physique. D’ailleurs, la prise d’un pari signifie faire des choses que vous ne feriez pas normalement. Ces risques peuvent inclure l’échange de faveurs sexuelles contre la substance et même le vol pour l’obtenir.

Prendre des doses plus importantes

La prise de doses plus importantes de THC est un effet de la dépendance psychologique, et non de la dépendance physique. Une fois que le cerveau est habitué aux effets de THC, la personne doit prendre plus de doses pour obtenir le même effet initial. Par conséquent, cela provoque des symptômes de sevrage intensifiés.

Flacon violet avec des fleurs de cannabis, et une feuille de cannabis à côté - Cannabig Info

Cas de superposition de la dépendance psychologique et la dépendance physiologique au THC

Il existe également un chevauchement des symptômes des effets psychologiques et des effets physiques. Ainsi, vous aurez des effets de superposition de symptômes. Par exemple,  vous réorientez votre budget alimentaire pour acheter la substance en question, ce qui a un effet psychologique. Cependant, en faisant cela, vous ne pouvez pas consommer suffisamment de nutriments, ce qui est à son tour un effet physique.

On imaginait autrefois dans la communauté que le THC n’était pas physiquement addictif. Mais ce n’est tout simplement pas le cas. Des réactions comme les crises de colère, les troubles du sommeil et les habitudes alimentaires difficiles sont tous des symptômes réels. Et en fait, ce sont tous des symptômes de sevrage associés à cette substance.

Combattre les symptômes de sevrage au THC

Êtes-vous confronté à une dépendance physique ou à une dépendance psychologique au THC ? Tout d’abord, l’auto-apaisement est un excellent moyen d’aider à lutter contre le sevrage.

  • Une excellente façon de s’apaiser est de faire de l’exercice. L’exercice est un excellent moyen de se débarrasser des narcotiques et aide à libérer des endorphines dans tout votre corps.
  • D’autre part, vous pouvez parler à un professionnel ou même à un ami pour aider à combattre le sevrage. En effet, parler et s’exprimer est un excellent moyen d’aider à soulager la douleur à la fois physiquement et psychologiquement.
  • Prendre un bain froid ou chaud est un autre moyen de soulager la douleur des symptômes de sevrage. Ainsi, vous apaisez les inconforts de la transpiration ou des frissons.
  • Dormir est un autre moyen de soulager la douleur. La privation de sommeil est un autre symptôme de la toxicomanie. Obtenir le repos dont votre corps a besoin peut aider à guérir et à récupérer votre corps.

Une main féminine prend du cannabis dans un bocal transparent - Cannabig Info

Dernières lignes

Il y a une principale différence entre la dépendance physique et la dépendance psychologique au THC. Généralement, la dépendance physique affecte votre corps et la dépendance psychologique affecte votre comportement. La dépendance au THC peut provoquer divers symptômes sociaux indésirables. Certains de ces symptômes sociaux sont :

  • Renonce aux activités habituelles
  • Abandon des passe-temps
  • Solitude
  • Le déni
  • Consommation excessive
  • Avoir des réserves
  • Problème juridique
  • Difficultés financières

Toutefois, pour combattre les symptômes de sevrage au THC, vous pouvez faire des exercices physiques. De plus, vous devez parler à un proche ou à un professionnel de santé. Faites un bain froid ou chaud pour apaiser les douleurs. Enfin, un bon sommeil soulage également les symptômes. Cependant, un sevrage forcé n’est pas une solution. Et si l’utilisation du cannabidiol (CBD) était le chemin à suivre ? Lisez notre article Sevrage : forcer les toxicomanes à se sevrer peut être dangereux !, pour voir les détails.

spot_img

Articles Similaires

Cannabis et Grossesse : Une Association Périlleuse ?

La consommation de cannabis pendant la grossesse est de...

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img