Hérault : une culture de cannabis saisie dans le jardin d’une élue

Partagez cet article

 

Les gendarmes de Castelnau-le-Lez ont placé un élu de la commune de Cournonsec (Hérault) en garde à vue. Une quinzaine de plants de cannabis ont été retrouvés, mardi 4 octobre, au domicile du conseiller d’arrondissement.

Des gendarmes alertés par l’odeur

Mardi 4 octobre, alors que deux gendarmes de Castelnau-le-Lez traversaient à pied le secteur de Cournonsec, l’un d’eux a été interpellé par une très forte odeur de cannabis. Les militaires décident de suivre leur talent, qui les mène directement à un élu de la commune héraultaise. Au cours de l’enquête, les gendarmes ont découvert une quinzaine de plants de cannabis dans le jardin. Il s’agit de très grandes plantes, suggérant qu’elles ont été là depuis longtemps.

Le lendemain, avec l’aide d’un chien, les équipes sont revenues pour poursuivre leurs découvertes dans la région. C’est dans la dépendance que le laboratoire a été découvert. A l’intérieur, les récoltes pourraient être transformées, mais aussi conditionnées pour « être vendues en grande quantité », selon une source bien connue. Les empreintes de pas sur le site suggèrent également que la plantation était beaucoup plus importante dans le passé. L’élue, comme son mari et son fils, a été placé en garde à vue.

Une grande quantité de cannabis séché a été prélevé

D’ailleurs, à l’étage, sous les toits de cette grande maison familiale, les gendarmes sont tombés par hasard sur une petite pièce d’une dizaine de mètres carrés aménagée en atelier de transformation. Ils y ont trouvé une grande quantité d’herbe séchée ainsi que des sacs d’emballage. Ils y ont aussi trouvé une importante somme d’argent estimée à plusieurs milliers d’euros.

Cela suggérerait, d’une part, que la plantation était beaucoup plus importante dans le passé. D’autre part, il y aurait des transactions. Mais cela ne peut être vérifié que par une enquête.

L’élue placée en garde à vue

Selon les chercheurs, les 15 pieds découverts ne représentent peut-être qu’une petite fraction d’une production beaucoup plus importante. L’élue a été conduite en garde à vue pour s’expliquer.

Ils peuvent paraître en comparution immédiate immédiatement dans les jours à venir. Une enquête est en cours pour établir l’étendue d’un éventuel commerce si cela est prouvé. En France, la culture du cannabis est passible de 20 ans de prison et de 7,5 millions d’euros d’amende. La peine maximale est rarement utilisée, notamment en cas de production pour usage personnel.

Vers de nouvelles recherches

Bipolaire, le mari de l’élue, n’a cessé d’expliquer qu’il consommait du cannabis pour atténuer les effets secondaires d’un traitement médicamenteux lourd. Et pour ce faire, il a fait pousser du cannabis quatre à cinq ans sur son domaine. Les quantités interceptées sont-elles le produit de toutes ces années de récolte ? L’histoire ne le dit pas.

En revanche, selon le procureur Fabrice Bélargent, « l’enquête se poursuit dans sa forme préliminaire » dans le but de mener des investigations complémentaires, notamment en ce qui concerne les aspects patrimoniaux de l’affaire ». Dans ce contexte, les comptes bancaires ont été saisis et les téléphones portables de trois suspects ont été confisqués.

spot_img

Articles Similaires

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...

La FDA et la FTC ciblent 6 entreprises pour vente illégale de produits au delta-8 THC

La Food and Drug Administration (FDA) américaine et la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img