La Polynésie approuve le cannabis thérapeutique

Partagez cet article

 

La Polynésie française a franchi une étape significative vers la légalisation du cannabis thérapeutique avec l’adoption d’une nouvelle réglementation par l’Assemblée de Polynésie. Ce projet de loi, visant à encadrer certaines activités et médicaments liés au cannabis, a été approuvé par une large majorité, marquant ainsi un tournant historique pour le fenua. Cet article explore en détail les implications de cette législation, les réactions des parties prenantes, et les étapes futures de sa mise en œuvre.

Adoption de la loi et première phase d’expérimentation

L’Assemblée de Polynésie a voté en faveur de la nouvelle réglementation relative au cannabis thérapeutique, avec 41 voix pour et 16 abstentions. Cette loi ouvre la voie à une phase pilote d’expérimentation qui impliquera un nombre restreint d’acteurs, permettant ainsi de tester et d’ajuster le cadre réglementaire avant une mise en œuvre à plus grande échelle. Cette phase initiale est cruciale pour assurer que les normes de qualité et de sécurité soient respectées.

Engagement politique et promesse aux patients

Le projet de loi a été porté par le gouvernement, avec un engagement clair du président Moetai Brotherson, qui avait promis que les patients pourraient bénéficier du cannabis thérapeutique avant la fin de l’année 2024. Cette adoption législative est conforme à cet engagement, soulignant la volonté des autorités polynésiennes de répondre aux besoins de santé de leurs citoyens tout en régulant strictement l’usage thérapeutique du cannabis.

cannabis thérapeutique

Réactions des acteurs du secteur

Philippe Cathelain, président du Syndicat polynésien du Chanvre (SPC), a exprimé sa satisfaction face à cette avancée, bien qu’il reconnaisse que le texte n’est pas encore parfait. Après quatre ans de lobbying, le SPC se réjouit de ce premier pas législatif, tout en soulignant la nécessité de phases de test pour améliorer et sécuriser la filière polynésienne du cannabis. Cette perspective d’évolution continue est essentielle pour garantir que la filière puisse se développer de manière durable et responsable.

Distinction entre cannabis thérapeutique et CBD

Le projet de loi fait une distinction claire entre le cannabis thérapeutique et le cannabidiol (CBD), une substance non stupéfiante du cannabis. Le CBD sera autorisé conformément à la législation française, qui fixe un taux maximum de THC à 0,3 %. Cette précision sémantique est cruciale pour éviter toute confusion parmi la population et assurer que la réglementation soit bien comprise et respectée.

Mise en place d’une filière de production locale

La nouvelle loi prévoit également la création d’une filière de production locale de cannabis, cultivé à partir de graines dépourvues de THC. Ces cultures seront réalisées par des agriculteurs contrôlés, garantissant un produit sans pesticides et sans métaux lourds, utilisable pour le CBD. Cette initiative vise à développer une agriculture locale durable et à offrir des produits de haute qualité aux consommateurs.

Rôle du conseil des ministres et évaluation annuelle

Le Conseil des ministres sera chargé de définir les périmètres, les lieux et les modalités de culture par le biais d’arrêtés successifs. Nicole Sanquer, représentante non inscrite, a proposé que la loi soit évaluée au bout d’un an, une suggestion jugée raisonnable par le ministre de la Santé, Cédric Mercadal. Cette évaluation permettra de mesurer les bénéfices pour les patients et de vérifier l’efficacité de la production, assurant ainsi une gestion rigoureuse et transparente de la nouvelle filière.

Conclusion

La légalisation du cannabis thérapeutique en Polynésie française représente une avancée majeure pour la santé publique et l’industrie locale. Avec une phase d’expérimentation bien encadrée et des régulations strictes, la Polynésie s’engage dans une voie prometteuse pour offrir des traitements innovants à ses citoyens tout en développant une nouvelle filière agricole. Le succès de cette initiative dépendra de la capacité des autorités et des acteurs du secteur à collaborer étroitement pour garantir la qualité et la sécurité des produits dérivés du cannabis.

 

spot_img

Articles Similaires

Cannabis et Diabète : Une Révélation Surprenante sur le Contrôle de la Glycémie

Une nouvelle étude révolutionnaire a révélé que la consommation...

Personnalité et tabagisme : Fumeurs et non-fumeurs décryptés

Une étude approfondie publiée le 3 juillet dans Plos...

Boom des patients dans les cliniques de cannabis médical à Londres

Les cliniques de cannabis médical à Londres connaissent une...

Wiz Khalifa Interpellé en Roumanie pour Possession de Cannabis : Un Festival qui Tourne Mal

Le célèbre rappeur américain Wiz Khalifa a récemment fait...

Le Maroc vise le marché européen du cannabis légal

Le Maroc est en passe de devenir un acteur...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img