Le Maroc occupe le premier rang mondial pour la production de cannabis.

Partagez cet article

 

Le Maroc est depuis longtemps classé comme l’un des plus grands producteurs de cannabis au monde. L’enjeu est de taille pour ce pays d’Afrique du Nord. L’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, ou ONUDC, le classe comme le premier producteur mondial de résine de cannabis. Depuis son indépendance, le gouvernement marocain a canalisé la culture du cannabis. En effet, il n’a pas autorisé de nouvelles zones mais a implicitement toléré la poursuite de celles déjà traditionnellement cultivées. Dans cet article, nous allons voir comment le Maroc se classe parmi les premiers producteurs de cannabis au monde.

Le Maroc, un point stratégique pour l’Europe ?

Les revenus des agriculteurs marocains provenant du cannabis ont chuté par rapport aux 500 millions d’euros (aujourd’hui environ 497 millions de dollars). Une étude du ministère de l’intérieur a révélé que d’ici 2022, le revenu du cannabis sera inférieur à 325 millions d’euros. On estime qu’entre 760 000 et plus d’un million de personnes dépendent de la production de cannabis au Maroc. En outre, environ 50 000 tonnes de cannabis sont produites au Maroc chaque année. La majorité de cette production est exportée vers l’Europe et d’autres États d’Afrique du Nord. 

Toutefois, le Maroc est un pays central dans le commerce mondial du cannabis. La drogue est transportée en Espagne, puis par voie terrestre en France. Elle est ensuite acheminée aux Pays-Bas pour être distribuée dans toute l’Europe. Cependant, il existe d’autres itinéraires alternatifs pour transporter la drogue du Maroc. Celle-ci est acheminée en Libye par voie terrestre et maritime, notamment vers l’Italie. Cela confirme que la plupart du cannabis saisi en Europe provenait du Maroc.

image d'une plante de cannabis

On peut dire que la légalisation du cannabis va débloquer un grand potentiel pour l’économie marocaine. Ce marché est estimé à 69 milliards de dollars d’ici 2027. En outre, de nombreux pays mènent actuellement des recherches massives sur les utilisations médicales du cannabis. Cependant, le pays ne doit pas compter uniquement sur la demande du marché local. Il faut s’efforcer d’exploiter les marchés mondiaux et de nouer des partenariats avec des sociétés pharmaceutiques internationales. Cela permettra de créer des modèles commerciaux d’exportation solides.

Cannabis, quel est le potentiel pour l’économie marocaine ?

Un rapport a été publié à la suite d’une étude menée au Maroc en 2003 -2004 par les Nations Unies. Selon le rapport, la superficie consacrée à la culture du cannabis au Maroc était estimée à 134 000 ha en 2003. Le chiffre d’affaires s’élevait à 15 milliards de dollars en 2003 et à 13 milliards de dollars en 2004. A cette époque, la production totale marocaine était estimée à 98.000 tonnes. Quant à sa transformation en résine, elle était d’environ 2.760 tonnes, dont près de la moitié provenait de la région de Chefchaouen. Toutefois, ces chiffres ont été considérablement réduits grâce à la campagne provinciale sans cannabis lancée par le Maroc en 2007. 

En effet, la surface cultivée pour la résine de cannabis au Maroc s’élevait à 47 000 ha en 2017. Parmi eux, seuls 1 147 ha ont été détruits, selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC). Avec cette surface, le pays disposerait d’une production extérieure estimée à environ 38 000 tonnes. Quant à la production intérieure, elle serait de 760 tonnes. Le Maroc conserve ainsi sa position de premier producteur mondial de résine de cannabis avec une valeur marchande de 9 milliards de dollars.

Maroc : veiller à un impact positif sur les producteurs de cannabis légal

L’un des objectifs du Maroc est d’assurer un impact positif sur les cultivateurs légaux de cannabis. Le pays souhaite également lutter contre la culture et la commercialisation illicites de ce produit populaire. Au Maroc, l’industrie du cannabis orientée vers l’exportation se concentrera sur le cannabis à des fins médicales, pharmaceutiques et industrielles. Ainsi, les entreprises enregistrées dans ce pays d’Afrique du Nord pourront demander une licence de commercialisation, une licence d’exportation ou une licence d’importation..

Par ailleurs, la loi prévoit également de lourdes peines de prison et des amendes pour toute personne impliquée dans la culture et la commercialisation illégales du cannabis. En outre, la loi vise à protéger les agriculteurs contre le trafic et la production illicite de cannabis.  En punissant sévèrement les milliers de personnes actuellement actives dans l’industrie illicite du cannabis, qui représente plusieurs milliards de dollars. Le Maroc vise à améliorer les revenus des agriculteurs et à créer des opportunités d’emploi stable en les forçant à passer à la production légale de cannabis. En mars 2021, le Maroc a adopté la loi 13-21, qui a fait du Maroc l’un des premiers pays africains à autoriser l’utilisation du cannabis à des fins médicales et thérapeutiques.

spot_img

Articles Similaires

Le Maroc vise le marché européen du cannabis légal

Le Maroc est en passe de devenir un acteur...

La Polynésie approuve le cannabis thérapeutique

La Polynésie française a franchi une étape significative vers...

La Nouvelle Légalité du Cannabis aux États-Unis : Une Opportunité pour la Recherche

En mai dernier, la DEA (Drug Enforcement Administration) des...

Chanvre à Victoria : Le gouvernement passe à l’action

Le gouvernement de l'État de Victoria en Australie a...

Australie: Controverse autour des bonbons gélifiés aux champignons

Un rappel massif des bonbons gélifiés "Mushroom Gummies" d'Uncle...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img