Lituanie: la dépénalisation du cannabis reçoit un nouvel élan après la détention d’une femme célèbre

Partagez cet article

 

LITUANIE : jeudi, 17 novembre, Živilė Diawara, la cofondatrice de l’usine d’art Loftas, est tombée sous le viseur de la police. Par la suite, cette femme connue du public a été arrêtée et placée en garde à vue. Des sources ont informé qu’une femme d’affaires célèbre est tombée entre les mains des autorités avec des soupçons de drogue. Jusqu’à présent Ž. Diawara a refusé de commenter. Suite à cette situation, les lois lituaniennes strictes en matière de drogue ont été mises en lumière.

Une célébrité en Lituanie a été arrêtée à cause d’une possession de cannabis

L’évènement s’est déroulé tard dans la soirée du jeudi 17 novembre, vers 22 heures, dans la cour d’une maison de la rue Švitrigailos à Vilnius. En fait, les agents ont remarqué une femme (née en 1979) qui se comportait de manière suspecte. Alors, les agents ont décidé de la contrôler.

Lors d’une inspection partielle, ils ont trouvé une boîte en métal rouge dans le sac à main. Ainsi, le sac contiendrait les restes d’une substance narcotique d’origine végétale (cannabis). De plus, la femme possédait un sac en polyéthylène avec une substance narcotique possible (supposée être des champignons hallucinogènes). En raison de la découverte, la femme a été arrêtée et mise en garde à vue. Donc, elle a dû passer la nuit dans une cellule de détention provisoire. Cependant, le suspect a été relâché le vendredi 18 novembre vers 10h.

En raison de l’incident, la police a ouvert une enquête préliminaire conformément à l’article 259 du Code pénal de la République de Lituanie. Ceci stipule la détention illégale de substances stupéfiantes ou psychotropes sans intention de les distribuer.

Les polices fouillent dans la nuit, Lituanie, arrestation d'une célèbre femme lituanienne pour possession de cannabis - Cannabig Info

La situation a provoqué un tollé dans la société

Après l’arrestation et la mise en garde vue de Ž. Diawara, il y a eu beaucoup de discussions. De plus, des personnalités publiques bien connues ont réagi à la situation. Ils ont exprimé leurs points de vue et leurs soutiens à Ž. Diawara sur le site Delfi, principal portail d’actualités en Lituanie.

« P*tain cette m*rde. Peut-être que cette merveilleuse, active, mère de plusieurs enfants et sa détention bousculent les lois insensées en Lituanie. Živile Diawara, tiens bon! », a écrit l’artiste Neringa Rekašiūtė.

« Deux ans après le début du mandat du Seimas de la République de Lituanie. Mais d’importantes promesses ne sont toujours PAS TENUES : union civile et décret ! Il y a toujours 0 droit pour la communauté LGBTQ+ ! Des jeunes sont toujours arrêtés pour putes et maintenant Živile Diawara. C’est décevant et je suis très en colère », a écrit l’actrice Elžbieta Latėnaitė.

Elle a également ajouté :

« J’envoie mon soutien le plus profond à la fois à Živil Diawara et à toutes les personnes arrêtées non célèbres. Vous avez subi la honte de notre système judiciaire. Et, comme signe final, pour corriger la politique de prévention de la toxicomanie. »

 

« Si la dépénalisation ne peut être surmontée pour cette majorité, le Parti de la liberté n’a rien à faire dans un tel gouvernement », a écrit Gediminas Jaunius.

 

«Diawara, tenez bon ! Je vous aime. Nous sommes avec vous ! », a déclaré une amie proche, la performeuse Erica Jennings.

Živilė Diawara, cofondatrice de l'usine d'art Loftas en Lituanie - Cannabig Info

L’affaire a été reprise par certains politiciens de la Lituanie

Cette semaine, les discussions sur les lois sur la drogue ont été déclenchées par cette histoire. Bien que Diawara elle-même n’ait pas fait de commentaires aux médias, certains politiciens expriment leurs avis.

« Cette politique, cette guillotine, est disproportionnée. La descente de police, la détention, la mise en prison, la fouille à nu. Il s’agissait d’une opération spéciale contre une personne spécifique. Et il devient enfin clair pour la majorité du public que, eh bien, ce n’est pas un membre du monde criminel. »

Voilà ce que Morgana Danielė, députée libérale et présidente de la Commission parlementaire pour la Prévention des Addictions, a déclaré.

La Lituanie a des lois sur les drogues excessivement sévères, ont-ils soutenu. En effet, la possession même de petites quantités de drogues légères peut entraîner des accusations criminelles.

Ce mercredi, le parlement a fait un pas dans cette direction. En fait, la commission des lois a approuvé des amendements qui dépénaliseraient la possession de petites quantités de cannabis sans intention de distribution. Ainsi, elle serait redéfinie comme une infraction administrative. D’ailleurs, elle est passible d’une amende comprise entre 30 et 250 € ou jusqu’à 400 en cas de récidive.

Cependant, le bureau du procureur général affirme que la Lituanie n’est pas prête pour la dépénalisation des drogues légères. Si l’amendement est adopté, le ministère de la Santé déterminera ce qui constitue une petite quantité. De plus, si une personne remet volontairement du cannabis aux autorités, elle ne sera pas passible d’une amende.

spot_img

Articles Similaires

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...

La FDA et la FTC ciblent 6 entreprises pour vente illégale de produits au delta-8 THC

La Food and Drug Administration (FDA) américaine et la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img