Président de la Lituanie : Objection à la dépénalisation du cannabis

Partagez cet article

 

Depuis 2017, le ministre lituanien de la Santé, Aurelijus Veryga, a annoncé qu’il défendrait un plan visant à dépénaliser la possession de petites quantités de cannabis pour un usage personnel, mais depuis lors, aucune loi n’a changé. Désormais, le président lituanien Gitanas Nausėda affirme s’opposer à l’idée d’une dépénalisation sur la possession de petites quantités de cannabis dans le pays.

Quel est le statut du cannabis en Lituanie ?

La Lituanie entretient une histoire bien compliquée avec le cannabis. En 2021, le Parlement a voté contre la dépénalisation complète de la plante de cannabis. Actuellement, la possession d’une petite quantité de tout type de drogue est punie par le droit pénal en Lituanie. De ce fait, la possession de faible quantité de cannabis et la consommation personnelle sont généralement classées comme un délit. Ces délits sont passibles d’amendes, de travaux d’intérêt général ou de restrictions de liberté. De plus, l’achat, la culture et la vente de la plante sont des infractions pénales qui peuvent entraîner une peine d’emprisonnement. 

En vertu du Code des infractions administratives, l’utilisation de drogues sans prescription médicale est punie d’une amende de 50 à 250 euros. Par ailleurs, la récidive peut entraîner l’obligation de participer à des programmes préventifs, curatifs ou autres programmes de correction comportementale. Parallèlement, la détention de quantités plus importantes de drogues sans but de distribution reste un délit pouvant justifier jusqu’à deux ans de prison.

Les propos du président, une préoccupation pour les consommateurs ?

En effet, selon le président, il est essentiel d’endiguer la propagation de la drogue chez les jeunes avant de prendre toute initiative de dépénalisation.

« Je suis actuellement opposé à cette idée parce que je pense que nous avons jusqu’à présent échoué dans notre lutte contre la propagation de la drogue dans les écoles et parmi les jeunes qui sont le futur de notre État.« , a déclaré Gitanas Nausėda à la station de radio lituanienne LRT RADIO vendredi, tout en répondant aux questions du public.

« Je ne suis pas convaincu lorsque quelqu’un dit que nous allons libéraliser quelque peu ce domaine, puis passer à l’éducation et à divers autres projets. Nous sommes en train d’inverser l’ordre des choses. Je pense que nous devrions tout d’abord éduquer et nous assurer que nous arrêtons cette tendance mauvaise et négative. Ensuite, nous pourrons parler d’initiatives législatives.« , a-t-il ajouté.

President de la Lituanie Gitanas Nausėda - depenalisation cannabis

Qu’en est-il de la réglementation du CBD ?

En 2013, la Lituanie a été le dernier pays de l’UE à rendre le chanvre industriel légal,  mais a créé un programme médical en 2018. Depuis, le gouvernement a légalisé l’utilisation de la plante de chanvre entière dans les produits. Il suffit pour cela que le produit contienne 0,2 % de THC ou moins. Néanmoins, en raison de réglementations confuses et de moyens limités pour vendre la plante, de nombreux agriculteurs se détournent du chanvre.

 En outre, le département de contrôle des drogues, du tabac et de l’alcool applique une politique de tolérance zéro pour tout produit contenant du THC. Seuls les produits contenant 0 % de THC peuvent être vendus. Cela signifie que les consommateurs lituaniens ne peuvent acheter des produits CBD qu’auprès de producteurs certifiés, qui fabriquent des produits sans aucune trace de THC. Par ailleurs, les plantes de chanvre industriel ne peuvent être cultivées que par des agriculteurs qui ont obtenu un permis du gouvernement

Bref, malgré plusieurs propositions de dépénalisation, la question n’est toujours pas tranchée. La Lituanie vit un débat animé sur la dépénalisation du cannabis. Néanmoins, le pays figure parmi les leaders européens de la production de CBD. Peut-être qu’en direction du CBD, cela permettra d’améliorer la position toujours complexe du chanvre, dans ce pays qui en a bien besoin.

 

spot_img

Articles Similaires

Le Maroc vise le marché européen du cannabis légal

Le Maroc est en passe de devenir un acteur...

La Polynésie approuve le cannabis thérapeutique

La Polynésie française a franchi une étape significative vers...

La Nouvelle Légalité du Cannabis aux États-Unis : Une Opportunité pour la Recherche

En mai dernier, la DEA (Drug Enforcement Administration) des...

Chanvre à Victoria : Le gouvernement passe à l’action

Le gouvernement de l'État de Victoria en Australie a...

Australie: Controverse autour des bonbons gélifiés aux champignons

Un rappel massif des bonbons gélifiés "Mushroom Gummies" d'Uncle...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img