Quelle différence entre l’opium et le cannabis ? 

Partagez cet article

 

L’opium et le cannabis sont deux substances très différentes. L’opium provient du pavot à opium, et est cultivé et utilisé entre 1220-1190 avant Jésus-Christ. Le cannabis provient de la plante Cannabis sativa et existe depuis plus de 12 000 ans. L’opium et le cannabis diffèrent par leur mécanisme d’action, leurs effets sur le corps humain, leur degré d’utilité clinique et leur risque relatif de dépendance. 

Opium : Qu’est-ce que c’est ?

L’opium est une substance dérivée du latex du pavot de type Papaver somniferum, originaire de Mésopotamie, cousin éloigné du pavot.

Son effet calmant, utilisé à des fins rituelles, est connu depuis l’Antiquité (sumérien, grec). Son usage médical comme analgésique s’est développé au début du Moyen Âge dans la médecine arabe et persane. Puis, il a été introduit en Asie il y a environ mille ans.

L’opium peut être consommé par voie orale, cru (boules d’opium depuis l’antiquité), ou dissout dans de l’alcool, ce qui permet une meilleure conservation. Mais c’est surtout en fumant la pipe, après la préparation rituelle élaborée du latex de pavot fermenté, que son usage et l’abus d’opium se sont généralisés.

L’impact du commerce de l’opium a eu un énorme effet sur l’histoire du monde. La France a interdit sa consommation en 1908 et a introduit des lois sur les drogues en 1916.

La désintégration, l’inactivité, le déclin socioprofessionnel, la prévalence des infections opportunistes, la famine et l’occlusion intestinale (et les principales affections chirurgicales gastro-intestinales) étaient courants. Ils laissaient les gens aussi vulnérables que l’abus d’opiacés l’est aujourd’hui.

L’importation et la vente d’opium ont été interdites en Chine dès 1729. La consommation d’opium, si idéalisée par les écrivains, a conduit aux mêmes résultats que d’autres dépendances aux drogues dures telles que les opiacés.

Cannabis : Qu’est-ce que c’est ?

« Cannabis » est le nom latin du chanvre. Il s’agit d’une plante originaire des régions équatoriales. Le cannabis est présent dans la plupart des régions du monde. Il existe quatre types de cannabis qui sont consommés de différentes manières :

  • Pour une utilisation dans l’agriculture et l’industrie, en particulier dans les industries du textile, du papier et de la corde en raison de sa résistance, et dans l’industrie alimentaire.
  • Pour un usage récréatif en raison de ses propriétés psychotropes pour modifier intentionnellement la conscience et le comportement. Dans l’ensemble, la marijuana vous fait planer et modifie considérablement vos réactions.
  • À des fins médicinales et médicales, bien qu’elle soit de plus en plus utilisée pour ses effets apaisants, le cannabis n’est pas homologué dans tous les pays.

La consommation de cannabis n’est pas nouvelle. En Asie, les feuilles de cannabis sont utilisées à des fins thérapeutiques depuis des millénaires. Utilisés pour la guérison, ces produits ont également été utilisés dans des cérémonies sacrées, des festivals, pour modifier l’état de conscience et pour renforcer les relations interpersonnelles.

La substance active du cannabis (c’est-à-dire la molécule qui a des effets positifs et négatifs dans la substance), responsable des effets psychoactifs sur le cerveau, est le THC. Le tétrahydrocannabinol est répertorié comme une drogue. Sa concentration est très variable selon les préparations et l’origine du produit. Plus sa concentration est élevée, plus les effets sont importants.

Les mécanismes d’action de l’opium et du cannabis

Le mécanisme d’action fait référence à la façon dont une substance affecte le corps. L’opium et le cannabis ont des mécanismes d’action bien distincts.

Opium

Une fois que l’opium pénètre dans le corps, il se lie aux récepteurs opioïdes. Il existe quatre principaux types de récepteurs opioïdes. Celui qui lie la plupart des « opioïdes sur-utilisés » comme l’opium est le récepteur μ-opioïdes.

La majorité des récepteurs mu-opioïdes sont situés dans une zone du cerveau appelée système limbique. Le système limbique est impliqué dans la formation de la mémoire, la motivation et les réponses émotionnelles.

Une fois lié, l’opium exerce des effets sur le corps. Les effets sont généralement très rapides après ingestion, notamment sous forme d’inhalation, et durent entre 3 et 6 heures. L’utilisateur ressent rapidement un effet relaxant, anxiolytique et sédatif qui lui procure une intense sensation de bien-être. À des doses plus élevées, il peut même avoir des hallucinations.

À long terme, l’usage répété d’opium provoque les mêmes effets que tous les opioïdes, à savoir la constipation, la libido et les troubles du cycle menstruel. L’addiction est généralement très rapide, avec des phénomènes d’accoutumance et de dépendance, ce qui signifie que le consommateur doit sans cesse augmenter les doses et la fréquence pour ressentir le même effet. Les conséquences sur sa vie personnelle et professionnelle apparaissent rapidement, entraînant des risques de marginalisation, de problèmes juridiques et de conflits avec l’environnement.

Cannabis

Lorsque le cannabis est consommé, son ingrédient actif, le delta-9-tétrahydrocannabinol (alias THC), se lie aux récepteurs cannabinoïdes du corps. Il existe deux principaux types de récepteurs cannabinoïdes. Celui auquel le THC se lie principalement est le récepteur CB1.

La plupart des récepteurs CB1 se trouvent dans des zones du cerveau, notamment dans le cortex frontal, le cervelet et les ganglions de la base. Ces zones du cerveau sont impliquées dans les fonctions cognitives et motrices.

Une fois liée, le cannabis exerce un effet sur le corps. Le cannabis peut avoir une variété d’effets mentaux, émotionnels, physiques et sociaux, en particulier chez les moins de 25 ans. Chaque personne réagit différemment. Les effets du cannabis varient en fonction de la quantité de chacun des éléments chimiques qu’elle contient et de la réponse de l’organisme à ces composants.

Ses effets peuvent également varier en fonction de la façon dont elle est consommée. Par exemple, la consommation de cannabis (produits alimentaires) dure plus longtemps (jusqu’à plusieurs heures). Il est donc important de vérifier la quantité que vous consommez.

Effets de l’opium et du cannabis sur le cerveau

Bien que l’opium et le cannabis aient des mécanismes d’action très différents, ils ont des effets similaires sur le cerveau car les deux sont des substances addictives. Toutes les substances addictives provoquent une libération rapide et intense du neurotransmetteur dopamine dans le cerveau.

La sensation de plaisir intense que cette libération de dopamine produit chaque fois que la substance est ingérée contribue au développement d’un trouble de toxicomanie ou d’une dépendance.

Comment l’opium et le cannabis affectent-ils le corps ? 

Opium

Après avoir consommé un opiacé tel que l’opium, une personne peut ressentir un soulagement de la douleur, une sensation d’euphorie et de calme. Mais l’opium a un effet encore plus conséquent sur le corps humain.

Lorsque l’opium se lie aux récepteurs μ-opioïdes, il peut affecter le cerveau, le système digestif et le système immunitaire. Les récepteurs opioïdes du tronc cérébral ont un effet inhibiteur sur les centres respiratoires du cerveau.

Si une personne prend trop d’opiacés, son système respiratoire peut devenir si profondément inhibé qu’elle arrête de respirer et meurt. Les récepteurs μ-opioïdes du système digestif ont également un effet inhibiteur.

L’utilisation à court et à long terme d’opioïdes peut entraîner la constipation. De plus, les récepteurs μ-opioïdes ont un effet suppresseur sur le système immunitaire. Les personnes qui consomment ou abusent d’opioïdes courent un risque élevé d’infection.

Cannabis

Comme l’opium, le cannabis peut soulager la douleur lorsque son ingrédient actif se lie aux récepteurs CB1. Le cannabis peut aussi stimuler l’appétit. Comme l’opium, le cannabis peut avoir un effet négatif sur le corps et entraîner la constipation.

Les effets secondaires négatifs les plus graves associés à cette herbe affectent les zones du cerveau où se trouvent la plupart des récepteurs CB1 (coordination motrice altérée, jugement altéré, perte de mémoire)

Utilité médicale de l’opium et du cannabis

Opium

Certaines substances classées comme opioïdes sont cliniquement utiles. Par exemple, des médicaments tels que le Vicodin et l’Oxycontin sont des opioïdes indiqués pour le traitement de la douleur intense associée aux blessures, aux chirurgies majeures et au cancer.

Lorsqu’ils sont utilisés correctement par les professionnels de la santé et leurs patients, les opioïdes peuvent apporter un soulagement indispensable de la douleur. En revanche, lorsque les opioïdes sont consommés avec abus, les gens sont plus susceptibles de devenir dépendants, de faire une overdose et de mourir.

Les opioïdes illicites comme l’héroïne et l’opium n’ont absolument aucun usage clinique. L’héroïne et l’opium sont des substances hautement addictives qui peuvent facilement entraîner une surdose et la mort.

Cannabis

De même, le cannabis ou son ingrédient actif, le THC, peut être cliniquement utile. Le THC sous forme de médicaments Marinol ou Cesamet est souvent utilisé comme stimulant de l’appétit chez les patients atteints de cancer ou de SIDA.

Avec l’aide de ces médicaments, les patients peuvent retrouver leur envie de manger, prendre du poids et éviter la cachexie. La recherche actuelle se concentre également sur la façon dont le cannabis peut être utilisé pour traiter des conditions aussi diverses que la douleur chronique et l’épilepsie.

Dans le même temps, l’abus de cannabis peut entraîner des effets secondaires très négatifs. L’utilisation à long terme du cannabis peut entraîner des changements structurels dans le cerveau associés à une perte de mémoire et à une perte de capacités cognitives.

Bien que le risque de dépendance soit assez faible, des cas de dépendance au cannabis ont été signalés.

Opium ou cannabis – quelle est la plus addictive ?

L’opium et le cannabis diffèrent considérablement dans leur risque de dépendance. Dans Basic & Clinical Pharmacology, l’expert en médicaments, Dr Christian Lüscher, a présenté une échelle de risque relatif de dépendance. La drogue numéro 1 présente le risque de dépendance le plus faible et la drogue numéro 5 présente le risque de dépendance le plus élevé. L’opium a un risque relatif de 4 tandis que le cannabis a un risque relatif de 2. Il est clair que le risque de dépendance est beaucoup plus élevé avec l’opium qu’avec la marijuana.

L’opium et le cannabis sont deux drogues différentes qui peuvent créer une dépendance. Si vous ou un proche êtes aux prises avec une dépendance à l’une de ces drogues, de l’aide est disponible. Vous n’avez pas à vous battre seul.

spot_img

Articles Similaires

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...

La FDA et la FTC ciblent 6 entreprises pour vente illégale de produits au delta-8 THC

La Food and Drug Administration (FDA) américaine et la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img