Révélations chocs : Un rapport secret appuie la dépénalisation des drogues au Royaume-Uni

Partagez cet article

 

La décision du gouvernement britannique de ne pas publier le rapport sur la dépénalisation des drogues est un exemple de plus de son manque de considération envers l’ACMD (Conseil consultatif sur la toxicomanie) ainsi que les politiques basées sur des preuves scientifiques.

Drogues : le gouvernement britannique refuse de rendre public un rapport en faveur de la dépénalisation

Un rapport de l’Advisory Council on the Misuse of Drugs (ACMD) datant de 2016, qui recommandait la dépénalisation des drogues, ne sera pas rendu public, selon une récente décision du gouvernement britannique. Cette campagne de trois ans menée par la journaliste Mattha Busby pour obtenir la publication du rapport a été rejetée par le gouvernement, malgré les demandes du public.

Le tribunal a décidé que le rapport devait rester confidentiel parce que les politiques évoquées étaient toujours à l’étude et qu’il n’y avait donc pas d’obligation légale de les rendre publiques. Bien que cela puisse suggérer que le gouvernement envisage activement la dépénalisation des drogues au Royaume-Uni, les experts estiment que cette décision montre plutôt que le gouvernement ne prend pas en compte les propositions de politiques fondées sur des preuves scientifiques lorsqu’il s’agit de drogues et qu’il cherche à clore complètement le débat.

Cette décision suscite de nombreuses questions sur la politique gouvernementale en matière de drogues et sur la nécessité d’une approche fondée sur des preuves pour aborder cette question complexe.

Rapport de l’ACMD sur la dépénalisation des drogues supprimé par le gouvernement britannique

La récente décision du gouvernement britannique de garder confidentiel un rapport de l’Advisory Council on the Misuse of Drugs (ACMD) datant de 2016 n’est que la dernière étape d’une longue histoire.

À la fin de cette même année, l’ACMD a remis un rapport intitulé « l’interaction et la relation entre la loi de 1971 sur l’abus de drogues et la loi de 2016 sur les substances psychoactives » à la ministre de l’Intérieur de l’époque, Amber Rudd.

Ce rapport proposait de modifier une partie de la loi sur l’abus de drogues (Misuse of Drugs Act, MDA), qui considère la possession de drogues contrôlées comme une infraction pénale, pour la rendre plus en conformité avec la loi sur les substances psychoactives (Psychoactive Substances Act, PSA), qui ne criminalise pas la possession.

L’ACMD soutenait que si la possession de substances contrôlées n’était pas un délit en vertu de la PSA, elle ne devrait pas non plus l’être en vertu de la MDA. Le rapport suggérait que la dépénalisation des drogues pourrait réduire les dommages liés à leur consommation en évitant de poursuivre les consommateurs en justice.

Malgré une campagne de trois ans menée par la journaliste Mattha Busby pour obtenir la publication de ce rapport, le gouvernement a finalement décidé qu’il devait rester confidentiel en raison des politiques en cours d’examen. Cette décision soulève des questions sur la politique gouvernementale en matière de drogues et la nécessité d’une approche basée sur des preuves pour traiter cette question complexe.

drogues

Un rapport sur la politique britannique en matière de drogues aurait été mis sous silence par le gouvernement, selon des allégations récentes. En 2016, le professeur Alex Stevens, un membre influent du Conseil consultatif sur la mauvaise utilisation des drogues, a démissionné en raison d’allégations de « contrôle politique » de la part du gouvernement. Sa démission aurait été une réaction à l’opposition du gouvernement à la nomination de Niamh Eastwood, directrice exécutive de Release, en raison de ses critiques antérieures de la politique gouvernementale.

Mme Eastwood a déclaré que le fait que le ministère de l’intérieur ait tenté d’empêcher la publication du rapport prouve que le cadre actuel de la lutte contre la drogue ne fonctionne pas. Elle a souligné que de nombreux organismes de santé, commissions spéciales et les Nations unies soutiennent la dépénalisation des délits de possession, ce qui contredit la politique britannique en matière de drogues soi-disant fondée sur des preuves.

Après sa démission, le professeur Stevens a divulgué des informations sur le rapport à un journaliste, qui a ensuite fait référence à ces informations lors d’une réunion de la commission spéciale des affaires intérieures sur les drogues de l’année dernière. Le professeur a souligné que le rapport n’avait toujours pas été publié, malgré le code de pratique de l’ACMD qui inclut une présomption d’ouverture.

En 2020, le journaliste a lancé une demande d’accès à l’information après avoir été informé du rapport par le professeur Stevens. En 2021, il a publié un article exclusif dans Vice, révélant que le gouvernement avait rejeté le rapport et avait fait des efforts pour empêcher sa publication. Cette révélation met en lumière les préoccupations persistantes concernant la transparence et l’ouverture dans la politique britannique en matière de drogues.

Le gouvernement britannique accusé d’avoir enfreint la loi sur la liberté d’information

Selon un rapport de l’Information Commissioner’s Office (ICO) concernant une demande de liberté d’information, le gouvernement britannique aurait enfreint la Freedom of Information Act (loi sur la liberté d’information) en omettant de divulguer les informations demandées sur le rapport de l’Advisory Council on the Misuse of Drugs pendant 18 mois. Le rapport, qui conseille le gouvernement sur les politiques en matière de drogues, n’a jamais été publié.

Le ministère de l’Intérieur avait déclaré à l’époque que le rapport était confidentiel et n’était pas destiné à être rendu public. Cependant, des allégations ont depuis été portées contre le gouvernement, affirmant qu’il avait tenté de bloquer la publication du rapport en raison de ses recommandations controversées en faveur de la dépénalisation des délits de possession.

Le professeur Alex Stevens, membre de l’ACMD, a démissionné en 2019, affirmant que le gouvernement avait exercé un « contrôle politique » sur les membres du panel. Niamh Eastwood, directrice exécutive de Release, a également été empêchée de rejoindre l’ACMD en raison de ses critiques antérieures à l’encontre de la politique gouvernementale en matière de drogues.

Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore répondu aux demandes de Business of Cannabis pour savoir s’il étudiait activement les suggestions politiques soulevées dans le rapport. Dans sa réponse à la demande d’accès à l’information en 2021, le ministère a déclaré qu’il était difficile d’identifier un moment précis où les politiques sont mises en œuvre étant donné qu’elles font l’objet d’un développement continu.

drogues

Un fossé béant entre les preuves et la politique: Le gouvernement britannique sous le feu des critiques pour son idéologie « dure envers les drogues »

Selon Mme Eastwood, le gouvernement britannique et le parti travailliste sont réticents à publier un document en raison de leur idéologie « dure envers les drogues », ce qui a pour conséquence la criminalisation de dizaines de milliers de personnes chaque année. Cette politique nuit considérablement aux opportunités d’emploi et d’éducation et empêche les gens de demander de l’aide s’ils en ont besoin. Malgré cela, Paul North, directeur de l’organisation Volteface, estime que toute intervention de l’ACMD ne peut changer la politique du gouvernement, même si elle est rendue publique. Il se dit déçu que les réformes politiques basées sur des preuves, en particulier dans les domaines de la consommation de drogues, du cannabis et de la décriminalisation, soient systématiquement ignorées, supprimées ou rejetées par le gouvernement.

Le gouvernement britannique a-t-il décidé de fermer les yeux sur les preuves scientifiques en matière de drogues ? 

C’est ce que pense Steve Rolles, directeur de l’ONG Transform Drug Policy Foundation. Pour lui, l’histoire récente de l’Advisory Council on the Misuse of Drugs, qui recommandait la dépénalisation du cannabis, ne fait que confirmer cette tendance. D’après lui, les décideurs politiques ne se soucient que des sondages dans les médias et ne seront jamais convaincus par les conseils consultatifs, les universitaires ou les groupes de réflexion.

Cependant, le Cannabis Industry Council (CIC) est plus optimiste sur le rôle de l’ACMD. Dans une lettre ouverte, le CIC exhorte l’ACMD à recommander officiellement au ministère de l’Intérieur la reclassification du cannabis à des fins de recherche. Cette demande intervient alors que l’ACMD mène une étude sur les obstacles à la recherche pour les drogues de l’annexe 1, suite à une demande du ministre de l’Intérieur Chris Philp MP fin 2022.

  1. Philp a déclaré récemment que la situation actuelle de la recherche sur les drogues était un scénario « sans issue » et qu’il y avait « clairement un avantage commercial et académique » à mener des recherches sur « toutes les drogues ». Cependant, pour mener des recherches sur le cannabis, qui reste une drogue de l’annexe 1 de la loi sur l’abus des drogues, de nombreuses demandes et autorisations sont nécessaires. Le CIC est donc favorable à un ajustement de la classification du cannabis pour la recherche et appelle l’ACMD à faire une telle recommandation dans sa réponse au ministère de l’Intérieur.

Malgré les divergences d’opinions entre les différents acteurs de la politique des drogues, une chose est certaine : il est urgent que le gouvernement britannique tienne compte des preuves scientifiques et des avis des experts pour une politique plus efficace et plus adaptée aux enjeux actuels.

spot_img

Articles Similaires

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...

La FDA et la FTC ciblent 6 entreprises pour vente illégale de produits au delta-8 THC

La Food and Drug Administration (FDA) américaine et la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img