Tout sur l’historique de la prohibition du cannabis

Partagez cet article

 

La relation entre les humains et les plantes remonte à des milliers d’années. Cette relation caractérise tous les aspects de la consommation de cannabis, de l’usage social ou récréatif à l’usage médical, textile, industriel, religieux et spirituel. Elle embarque aussi le désir de longue date de certains d’interdire l’usage du cannabis. Cela a souvent été utilisé uniquement par la classe dirigeante comme moyen de contrôler les classes plus faibles. 

Débuts des hostilités sur la prohibition : 1900 – 1936

prohibition

Au début des années 1900, les États-Unis ont fait le premier pas vers la prohibition lorsqu’ils ont accueilli un sommet de 12 pays à Shanghai en 1909. Officiellement, l’objectif était de mettre fin à la guerre de l’opium entre la Grande-Bretagne et la Chine.

Le conflit entre les deux pays avait des causes commerciales et économiques. La Grande-Bretagne produisait de l’opium en Inde, où elle avait un monopole royal, et créait un marché florissant en Chine.

La réduction et la consolidation des opérations au Royaume-Uni ouvrent la voie aux États-Unis dans le secteur.

L’opium devait être interdit ou strictement réglementé. À ce stade précoce, l’approche « interdire ou réglementer » laissait la place à une politique nationale. La Convention de l’opium de La Haye a en fait introduit un principe de marché libre.

Plus tard, la même approche a été appliquée à la cocaïne et, à partir de 1925, au cannabis. Toutefois, les États-Unis et la Chine se sont retirés du traité en 1912 lorsqu’ils ont abandonné la criminalisation des plantes et des drogues.

1936 : Convention pour la prohibition du trafic de drogues 

Depuis lors, certains crimes sont devenus internationaux. Cela s’est passé en 1937, avant la ratification de l’interdiction mondiale du cannabis. En effet, il y a eu conflit et opposition dès le début, car les puissances coloniales européennes se sont opposées à l’interdiction de l’usage non médical.

Il existe également des raisons sociales, ethniques et raciales. Bien que la prohibition soit désormais mondiale, il convient de noter que, contrairement à la cocaïne et au cannabis, l’opium a longtemps été la seule substance pouvant être légalement utilisée à des fins médicinales. C’est une drogue qui aurait dû être criminalisée.

1961-1988 : Évolution des débats juridiques

Après 1936, la route vers le Congrès de 1961 était pleine d’idéologies. Parmi les conséquences et les problèmes, citons les drogues criminelles au service de la santé publique. Il y a aussi l’exclusion de la question des drogues du débat social et politique.

La Convention de 1961 a constitué la base de la politique d’interdiction telle que nous la connaissons aujourd’hui. Elle interdit la culture de plantes destinées à la production de substances psychotropes. La convention stipule qu’elles ne peuvent être cultivées, produites et vendues qu’à des fins médicales.

En 1971, le traité de 1961 a été complété par un traité étendant la prohibition à plus de 100 substances. Pendant ce temps, l’influence des États-Unis grandissait et Nixon annonçait que les drogues seraient interdites.

L’objectif de la déclaration est de retirer l’usage traditionnel du cannabis, de l’opium et de la cocaïne de là où il a toujours été.

Ces médicaments passeront du statut de stupéfiants à celui de substances psychotropes. Le problème de la drogue est devenu un problème géopolitique. Il était considéré comme un conflit entre les pays producteurs (pauvres) et les pays consommateurs (riches). Le conflit a culminé en 1976 lorsque les États-Unis ont financé la pulvérisation aérienne des cultures.

Reagan (1986) : Le trafic est une menace mondiale

prohibition

Pour la première fois, l’utilisation de drogues pour la consommation personnelle est criminalisée. C’était à l’occasion de la Convention des Nations unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes (1988). 

Par conséquent, la répression qui avait déjà lieu du côté de l’offre s’est déplacée vers le côté de la demande. C’est à ce moment historique que les mesures visant à réduire le risque de VIH/SIDA ont été introduites pour la première fois. Les consommateurs eux-mêmes ont pris les premières mesures pour supprimer la classification afin de limiter la propagation de la maladie.

2000 – 2021 : Un changement qui commence à aboutir

Depuis le milieu des années 1990, la société civile a joué un rôle important et a fait de grands pas vers une nouvelle approche. L’exemple le plus connu est la légalisation du cannabis dans certains pays.

Quel est le contexte historique de la prohibition du cannabis ?

Le premier contact entre le cannabis et les autorités a probablement eu lieu dans la Chine antique, bien qu’il n’y ait aucune preuve de cela. De nombreux historiens reconnaissent que le cannabis a d’abord été domestiqué et cultivé de manière contrôlée en Chine, et que les premières descriptions des effets psychoactifs du cannabis proviennent de ce pays.

Étant donné que le taoïsme, qui a débuté vers le quatrième siècle avant J.-C., n’acceptait pas l’utilisation de ces drogues, il n’est pas surprenant que le cannabis ne soit pas accepté dans cette société et qu’il soit également associé à l’opium, qui a une sombre histoire dans la région.

Les premiers documents interdisant la culture du cannabis ne sont apparus dans le monde musulman qu’il y a plusieurs siècles. Depuis les premiers jours de l’Islam (7e siècle) jusqu’au 14e siècle, la plante de cannabis et plus tard l’extraction du cannabis (décrite pour la première fois au 10e siècle) étaient largement acceptées dans la société. Cependant, cette pratique et sa diffusion par les moines soufis ont commencé à déranger d’autres musulmans orthodoxes, qui ont cherché à associer l’utilisation de la plante à la violence et à d’autres délits.

Une prohibition a été imposée au début des années 1900

Pour expliquer l’évolution du statut juridique du cannabis, nous devons nous pencher sur la migration du Mexique vers les États-Unis au début du siècle. Entre 1914 et 1925, 26 États américains ont adopté des lois interdisant la culture de la marijuana. La raison en était que les immigrants mexicains avaient besoin d’une raison pour être contrôlés, arrêtés et expulsés, et le cannabis était le moyen idéal pour y parvenir. Ce fut un mécanisme visant à diaboliser les immigrants mexicains à une époque où ils étaient de plus en plus nombreux à venir aux États-Unis. C’était innovant car ils pouvaient utiliser cette opportunité pour diaboliser les Afro-Américains.

Il est l’une des figures les plus influentes de l’histoire de la prohibition. C’est à cette époque que naît la figure la plus populaire de l’histoire de la Prohibition : c’était William Randolph Hearst. Hearst, un magnat des médias, a utilisé tout son pouvoir et ses ressources pour répandre des mensonges sur le cannabis. Il a répandu des rumeurs dans les médias au nom du cannabis. Ceci, afin que le public ne l’identifie pas au cannabis. Sa propagande satanique était si efficace que le public a fini par se joindre à lui pour diaboliser la plante et a continué à diaboliser ses utilisateurs.

Leur publication indique clairement que toutes les formes de corruption (notamment chez les Afro-Américains et les Mexicains) sont dues à la consommation de cannabis. Au lieu de cela, ils ont écrit sur les tragédies prétendument causées par la centrale électrique.

Quels sont les facteurs qui ont contribué à la prohibition du cannabis ?

Un certain nombre de facteurs ont eu un impact significatif sur la prohibition du cannabis aux États-Unis. En effet, il existe des campagnes publiques et des organisations basées sur les médias de masse, comme Hearst et Anslinger. Par ailleurs, les découvertes médicales ont rendu le cannabis moins attrayant. Il n’est pas surprenant que l’industrie pharmaceutique ait favorisé les médicaments qui offraient les plus grands profits au détriment des autres produits. D’autres facteurs ont également contribué à la prohibition du cannabis en 1937. Cela ne date pas d’hier mais il existe certaines substances dont les bienfaits sont controversés.

Le chanvre est la voix d’un monde en constante évolution. Elle a apporté plus de vérité sur la relation entre l’homme et la conscience, entre le gouvernement et les plantes. Elle a donné aux gens la possibilité de changer certaines choses. La prohibition est considérée comme une malédiction dans l’histoire de l’humanité. Mais le parcours de la prohibition à la légalisation du cannabis est impressionnant.

Conclusion

La légalisation du cannabis se répand dans le monde entier. En Uruguay et dans certains pays européens, la consommation récréative de cannabis est totalement légale. Le soutien à la légalisation du cannabis ne cesse de croître, et l’abrogation de la prohibition est imminente. La pression croissante des États obligera le gouvernement fédéral américain à lever la prohibition dans un avenir proche. Si le nombre d’États en faveur du cannabis légal dépasse le nombre d’États qui s’y opposent, le gouvernement fédéral n’aura d’autre choix que de faire marche arrière. Cela démontrerait le pouvoir du peuple sur le gouvernement. Cette situation protégerait le droit fondamental de l’individu à la libre utilisation de la marijuana à des fins médicales et récréatives.

spot_img

Articles Similaires

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...

La FDA et la FTC ciblent 6 entreprises pour vente illégale de produits au delta-8 THC

La Food and Drug Administration (FDA) américaine et la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img