Kamala Harris : Le Cannabis n’est pas une Drogue Passerelle et Doit être Réévalué !

Partagez cet article

 

Lors de son apparition récente sur le célèbre talk-show américain « Jimmy Kimmel Live« , la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, a abordé des sujets brûlants liés à la législation sur le cannabis et les perceptions publiques de cette substance.

Harris, connue pour ses positions progressistes, a utilisé cette plateforme pour réfuter l’idée persistante du cannabis comme une « drogue passerelle » et pour discuter des implications de la récente proposition de reclassification du cannabis par l’administration Biden.

Démystifier la Théorie de la « Drogue Passerelle »

L’un des moments marquants de l’interview a été lorsque Harris a contesté la vieille théorie selon laquelle le cannabis serait une drogue d’introduction menant à la consommation de substances plus dures. Cette idée a été longtemps utilisée pour justifier des politiques strictes contre le cannabis.

« Souvenez-vous, il fut un temps où les gens disaient la marijuana est une drogue d’introduction, et ces politiques étaient vouées à l’échec », a-t-elle déclaré, en insistant sur le fait que de telles croyances ne reposent pas sur des preuves scientifiques solides.

Des études récentes confirment que le cannabis n’est pas nécessairement un précurseur de l’usage de drogues plus dangereuses. Harris a souligné que les efforts devraient plutôt se concentrer sur des problèmes de santé publique plus urgents, comme la crise des opioïdes et l’amélioration des ressources en matière de santé mentale.

La Reclassification du Cannabis : Un Impact Nuancé

L’entretien a également couvert la proposition de reclasser le cannabis de l’annexe I à l’annexe III de la loi sur les substances contrôlées (CSA). Actuellement, l’annexe I comprend des substances considérées comme ayant un fort potentiel d’abus et aucune utilité médicale acceptée, une classification que le cannabis partage avec des drogues comme l’héroïne.

En revanche, l’annexe III inclut des substances avec un potentiel d’abus modéré à faible et des usages médicaux acceptés, comme certains analgésiques et stéroïdes.

Harris a suggéré que ce changement de classification pourrait permettre une meilleure allocation des ressources pour lutter contre la dépendance. Cependant, elle a également reconnu que l’impact exact de ce changement sur le système de justice pénale et l’allocation des ressources reste flou.

Les critiques notent que, bien que la reclassification puisse faciliter la recherche sur le cannabis et potentiellement modifier son traitement dans le système judiciaire, elle n’implique pas automatiquement une réorientation des ressources.

Un Instant de Légèreté : La « Kamala Kush »

Sur une note plus légère, l’interview a pris une tournure humoristique lorsque Jimmy Kimmel a mentionné qu’une variété de cannabis portait le nom de « Kamala Kush ». Visiblement surprise, Harris a ri et répondu : « Vraiment ? Vraiment ? Je ne le savais pas« .

Bien que Kimmel ait plaisanté en disant qu’elle aurait dû recevoir ce produit en cadeau, Harris a rapidement clarifié qu’elle ne toucherait pas à cette variété. Cet échange léger a offert un contraste bienvenu à une discussion autrement sérieuse.

Réactions et Implications

La prise de position de Kamala Harris contre la théorie de la drogue d’introduction a été largement saluée par les défenseurs de la légalisation du cannabis et les militants pour la réforme des lois sur les drogues.

En démystifiant ce mythe, Harris rejoint un nombre croissant de politiciens et de chercheurs qui plaident pour une approche plus scientifique et moins punitive de la politique en matière de drogues.

La proposition de reclassification du cannabis, bien que complexe et nuancée dans ses implications, pourrait ouvrir la voie à des changements significatifs dans la recherche et la réglementation du cannabis.

Si cette mesure est mise en œuvre, elle pourrait réduire certaines des barrières à la recherche médicale sur le cannabis, potentiellement menant à de nouvelles découvertes sur ses bénéfices et ses risques.

Vers une Réforme Progressiste

L’engagement de Harris envers une réévaluation des politiques sur le cannabis reflète un changement plus large dans l’opinion publique et politique aux États-Unis.

Alors que de plus en plus d’États légalisent le cannabis à des fins médicales et récréatives, il devient clair que les anciennes approches basées sur la criminalisation et la stigmatisation perdent du terrain.

La discussion nationale évolue vers des solutions axées sur la santé publique et la justice sociale, une évolution que des figures comme Kamala Harris cherchent à promouvoir.

Conclusion

L’intervention de Kamala Harris sur « Jimmy Kimmel Live » a apporté une clarté bienvenue sur des questions souvent entourées de malentendus et de désinformation. En rejetant la notion dépassée du cannabis comme drogue passerelle et en soulignant l’importance d’une approche basée sur la santé publique, Harris contribue à façonner une politique plus éclairée et progressiste sur le sujet aux États-Unis.

Alors que le débat continue, il est clair que la voix de Harris jouera un rôle crucial dans l’orientation future des lois sur le cannabis et la perception publique de cette substance.

spot_img

Articles Similaires

THC et lait maternel : Révélations

Une équipe de chercheurs de l’Université d’État de Washington...

Cannabis et Soulagement de la Douleur : Les Terpènes plus Puissants que la Morphine ?

Une révolution médicale semble en marche. Des chercheurs de...

Décrocher du cannabis : 5 étapes essentielles !

Le cannabis fait partie du quotidien de nombreux Français,...

La Rébellion des Cherokees : Le Cannabis comme Acte de Souveraineté !

Cherokee, Caroline du Nord – Dans une salle de...

Royaume-Uni : Premier cannabis médical national disponible

Le cultivateur britannique de cannabis médical Glass Pharms a...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img