Une lourde amende pour les Français qui fument du CBD au volant de leur voiture

Partagez cet article

 

La vente de CBD a explosé en France depuis quelques années. Mais, la législation est toujours aussi floue concernant l’usage au volant de cette substance dérivée du cannabis. Récemment, les tribunaux ont tranché et une lourde amende est à la clé.

Une popularité croissante du CBD en France

En France, selon un article publié sur le site de BFMTV en février dernier, près de 10 millions de personnes consomment du CBD. Le nombre de boutiques a même été multiplié par quatre en seulement deux ans. Le marché du CBD est en pleine croissance dans le pays.

Les tribunaux statuent sur la consommation de CBD au volant

Le CBD, un dérivé du cannabis, est considéré comme une alternative légale à d’autres produits classés comme stupéfiants. La principale différence réside dans la teneur en THC (tétrahydrocannabinol), le principal composant psychoactif du cannabis. Dans les produits à base de CBD, le taux de THC ne doit pas dépasser 0,3 %.

Cependant, en ce qui concerne la conduite, un vide juridique existait, car le législateur n’avait pas prévu de dispositions spécifiques concernant la conduite sous l’influence du CBD. Cette lacune a été comblée récemment et désormais, les conducteurs français qui sont sous l’emprise du CBD au volant encourent une lourde amende en cas de contrôle.

CBD

Un précédent judiciaire décisif

La décision a été rendue par la Cour de cassation le mercredi 21 juin. La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire français a annulé une décision de la Cour d’appel de Rouen, comme rapporté dans un article publié le 22 juin sur le site de TF1. La cour d’appel avait précédemment décidé d’acquitter un prévenu.

L’homme en question avait été arrêté lors d’un contrôle routier et des traces de THC avaient été détectées dans son sang. Il avait affirmé avoir consommé du CBD, de manière parfaitement légale. Initialement condamné, il avait finalement remporté son procès en appel, mais cette décision a été renversée par la Cour de cassation.

Les conducteurs français risquent une lourde amende

Selon la Cour de cassation, il a été établi que le prévenu avait conduit un véhicule après avoir consommé une substance classée comme stupéfiante (dans ce cas, le THC), peu importe la quantité ingérée. Ainsi, toute trace de THC dans l’organisme est répréhensible, quelle que soit son origine.

En cas de contrôle positif, un conducteur s’expose à une amende importante. En effet, « l’usage de substances ou de plantes classées comme stupéfiants est puni de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 4 500 euros, ainsi que de la perte de six points sur le permis de conduire, avec une possible suspension ou annulation du permis. » Une perspective qui incite à réfléchir avant de prendre le volant.

spot_img

Articles Similaires

Changement de Cap en Thaïlande : Le Retour du Cannabis surla Liste des Stupéfiants d’ici fin 2024

La Thaïlande, autrefois pionnière dans la dépénalisation du cannabis,...

Le Pakistan Va Légaliser le Cannabis à des Fins Médicinales : Une Révolution en Marche

Le gouvernement pakistanais vient d’annoncer une décision historique :...

Référendum sur le Cannabis en Slovénie : Nouvelles Perspectives et Défis

Le 9 juin prochain, les électeurs slovènes se prononceront...

Comment Identifier une Huile de CBD de Qualité

Dans un marché en pleine expansion du cannabidiol, la...

Le Taux Légal de CBD au Luxembourg : Ce Qu’il Faut Absolument Savoir

Le marché en plein essor du cannabidiol s'étend progressivement...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img