Braver l’hiver avec les autofloraisons

Partagez cet article

 

Le cannabis, l’une des premières plantes cultivées par l’homme, prospère dans divers climats, mais peine à survivre dans des conditions météorologiques extrêmes. L’idée de cultiver des variétés d’autofloraison en hiver suscite des interrogations, notamment dans les régions au climat glacial. Cet article explore cette question cruciale pour les amateurs de cannabis qui cherchent à comprendre la faisabilité de cette entreprise hivernale.

Les conditions de croissance des autofloraisons

En général, les autofloraisons ont une plage de température optimale de 15 à 25 °C. Cependant, avec des conditions générales adaptées, elles peuvent s’épanouir même dans des climats plus froids. La capacité d’adaptation de ces plantes aux variations de température, en particulier pendant la saison hivernale, intrigue de nombreux cultivateurs. Les températures entre 15 et 25 °C, idéales pour les autofloraisons, peuvent être complétées par un peu de vent, favorisant une croissance saine. Après tout, quelle plante n’apprécie pas de l’air frais ?

Les automa-fleurs : Une adaptation ingénieuse

Pour comprendre pourquoi les autofloraisons sont spéciales et comment elles surmontent des températures plus froides, il est crucial de connaître la composition génétique de ces plantes. Le cannabis se divise en variétés Indica, Sativa et Ruderalis. Les autofloraisons résultent du croisement entre la Ruderalis et les variétés Indica et Sativa.

Ruderalis : Une plante adaptative

Le terme « Ruderalis » dérive du mot « Ruderal », signifiant une espèce qui pousse dans des conditions difficiles. Originaire des régions septentrionales comme l’Europe centrale et orientale, la Ruderalis s’est développée en Russie, où des températures extrêmes rendent la survie des autres plantes difficile. Cette plante maigre, évoluant pour prospérer dans des environnements hostiles, est souvent comparée à une Indica adaptée aux conditions difficiles. Bien que plus petite et moins productive, la Ruderalis présente un avantage majeur : elle ne dépend pas de la photopériode pour croître.

L’évolution des autofloraisons

Les sélectionneurs ont perçu le potentiel de la Ruderalis et ont entrepris de croiser cette espèce sauvage avec d’autres variétés de cannabis. Initialement limitée en taille et en qualité de rendement, la Ruderalis a été transformée au fil des décennies en une variété d’autofloraison compétitive. Les autofloraisons ont acquis la capacité de rivaliser voire de surpasser les plantes photopériodiques, initialement préférées pour leurs rendements plus élevés.

Les autofloraisons en hiver : Défiant les saisons avec intelligence

Les contraintes des saisons sur la culture du cannabis

L’impact des saisons sur la culture du cannabis est indéniable. Les jours plus longs de l’été favorisent une croissance plus robuste, tandis que les jours plus courts de l’hiver présentent des défis, en particulier pour les plantes à photopériode. Les cultivateurs en milieu urbain, même en cultivant en extérieur, rencontrent des succès accrus pendant la saison estivale. Les plantes de cannabis, en général, ont du mal à prospérer en hiver, car la durée réduite de la lumière du jour entrave leur cycle végétatif.

L’exception des autofloraisons

Cependant, les autofloraisons se démarquent en étant moins dépendantes de la durée de la lumière du jour. Alors que les variétés à photopériode nécessitent environ 16-18 heures de lumière pour prospérer au stade végétatif, les autofloraisons peuvent se développer de manière satisfaisante avec seulement 12 heures de lumière. Cela signifie que même en hiver, lorsque les jours sont plus courts, ces plantes continuent de croître efficacement.

hiver

Conditions optimales pour une croissance hivernale

Bien que les autofloraisons soient résistantes à des climats plus froids, fournir des conditions optimales reste bénéfique pour maximiser la croissance. Les conditions idéales varient à chaque étape du cycle de vie de la plante :

  • Stade de semis : Maintenir une température entre 20 et 25 °C avec une humidité de 65 à 70 %.
  • Stade végétatif : Maintenir une température entre 22 et 25 °C avec une humidité de 40 à 70 %.
  • Stade de floraison : Maintenir une température entre 18 et 22 °C avec une humidité de 40 à 50 %.

Il est compréhensible que ces conditions optimales ne puissent pas être parfaitement reproduites en extérieur. Cependant, elles servent de guide pour aspirer à des conditions aussi proches que possible de l’idéal, même dans un contexte hivernal.

Les autofloraisons : Des guerrières de la nature

L’adaptabilité inhérente des autofloraisons

La capacité d’adaptation de la Ruderalis à des conditions climatiques diverses a joué un rôle crucial dans la création des autofloraisons modernes. Initialement croisée avec des variétés Sativa et Indica, la Ruderalis a dévoilé son potentiel prometteur. Bien que les débuts avec la première autofloraison, « Low Ryder, » aient été modestes en termes de rendements et de taille, le paysage a évolué depuis.

Un essor spectaculaire

Les autofloraisons d’aujourd’hui ne se contentent pas de prospérer sans être tributaires des saisons, elles offrent également des rendements significatifs. Bien qu’elles ne puissent pas rivaliser en taille avec leurs homologues à photopériode, elles peuvent atteindre une hauteur impressionnante de 1,5 mètre en extérieur, sans nécessiter une attention particulière. En culture intérieure, leur hauteur peut atteindre 3 à 4 pieds, offrant une flexibilité précieuse pour les cultivateurs disposant d’un espace limité.

Résistance aux températures extrêmes

L’adaptabilité des autofloraisons ne se limite pas à la taille et aux rendements. Ces plantes montrent une résilience étonnante aux températures plus froides. Des cultivateurs rapportent des résultats exceptionnels même avec des températures descendant jusqu’à 15 °C. Certains affirment même qu’elles peuvent prospérer en dessous de cette limite, bien que cela dépende des conditions spécifiques. Contrairement aux plantes photopériodiques, qui souffrent généralement en dessous de 15 °C, les autofloraisons continuent de croître, permettant ainsi la culture dans des régions aux hivers rigoureux.

Récoltes hivernales étonnantes

Grâce à la robustesse génétique héritée de la Ruderalis, ces plantes résistent non seulement aux températures difficiles, mais sont également peu sensibles à la moisissure et à l’humidité. La nouvelle génération d’autofloraisons conserve ces traits, assurant une croissance vigoureuse même dans des climats défavorables. Avec un cycle de croissance court de 2 à 3 mois, les cultivateurs peuvent envisager de récolter des bourgeons impressionnants, même au cœur de l’hiver. Bien que les rendements puissent être moindres par rapport à l’abondance estivale, la perspective de récolter jusqu’à 100 grammes de bourgeons par plante en hiver est une prouesse remarquable.

Résistance aux parasites et infections

Le cycle court des autofloraisons réduit également les préoccupations liées aux parasites et aux infections. Alors que d’autres variétés de cannabis peuvent succomber aux attaques nuisibles en un mois, les autofloraisons passent rapidement à leur période de floraison, limitant les dégâts. Cette résistance accrue face aux adversités saisonnières fait des autofloraisons des championnes de la nature, capables de prospérer et de fournir des récoltes abondantes même lorsque les conditions climatiques semblent défavorables.

Les meilleures variétés à cultiver en hiver

Lorsque vous choisissez des variétés pour l’hiver, des options telles que Strawberry Banana Auto, Gorilla Cookies Auto, Strawberry Pie Auto, Purple Punch Auto, et d’autres offrent des cycles de croissance relativement courts et des rendements impressionnants. Ces variétés sont non seulement résistantes au froid, mais offrent également des profils de saveurs variés, ajoutant une dimension sensorielle à la culture.

hiver

Facteurs à considérer pour une culture d’hiver réussie

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte pour maximiser le succès de la culture en hiver. Cultiver à l’intérieur peut fournir un contrôle accru de l’environnement, tandis que les cultivateurs extérieurs doivent surveiller de près les conditions météorologiques. Choisir des génétiques adaptées, éviter les techniques de formation stressantes, sélectionner un emplacement idéal, et planter directement dans les pots de récolte contribuent tous à réduire le stress sur les plantes et à maximiser les chances de succès.

Un conseil crucial : Commencer à l’intérieur

Pour une base solide, il est fortement recommandé de commencer la culture à l’intérieur. Cela permet aux racines de se développer dans un environnement contrôlé, assurant une croissance robuste par la suite. Si les températures extérieures deviennent trop extrêmes, une serre peut offrir une protection précieuse.

Choisir avec sagesse pour une adaptabilité maximale

En choisissant des variétés à dominance Indica, qui sont mieux adaptées aux climats froids, les cultivateurs augmentent leurs chances de réussite. Les autofloraisons, en particulier, démontrent une résistance génétique exceptionnelle et peuvent prospérer même lorsque les températures chutent jusqu’à 15 °C.

Éviter les stress inutiles pour une croissance optimal

Les techniques de formation des plantes, telles que le High-Stress Training (HST) et le Low-Stress Training (LST), doivent être appliquées avec précaution. Le choix du bon emplacement, la planification minutieuse, et une gestion appropriée de l’eau contribuent également à créer un environnement optimal pour une croissance saine.

Plantation dans les pots définitifs

Réduire le stress au minimum est essentiel. Commencer la culture dans les pots définitifs évite la transplantation, minimisant le stress sur les plantes pendant leur cycle de vie.

Prêt pour la récolte hivernale

En conclusion, cultiver des autofloraisons en hiver n’est pas seulement une possibilité, mais avec une planification minutieuse, c’est une entreprise qui peut être couronnée de succès. En choisissant les bonnes variétés, en surveillant attentivement les conditions environnementales et en adoptant des pratiques de culture adaptées, les cultivateurs peuvent s’assurer que leurs jardins hivernaux produisent des récoltes impressionnantes. Avec la résilience génétique des autofloraisons et une préparation adéquate, la récolte hivernale de cannabis peut devenir une réalité gratifiante. Alors, préparez-vous à voir vos autofloraisons braver l’hiver et à récolter les fruits de votre persévérance.

 

spot_img

Articles Similaires

DEA : La teneur en THC du cannabis illicite atteint 16% aux États-Unis

Selon la DEA, les États-Unis connaissent actuellement une hausse...

Cannabis aux USA : La lutte pour la légalisation fédérale

Lors d'une audience fédérale, des entreprises de cannabis du...

Cannabis : Plus de fumeurs que de gros buveurs aux États-Unis

Une étude révèle que le nombre de consommateurs quotidiens...

Une Nouvelle Étude Révèle les Effets du THCV et du CBD sur la Perte de Poids

Les cannabinoïdes continuent de fasciner les chercheurs pour leurs...

Une nouvelle étude révèle les impacts insoupçonnés du cannabis sur le cœur et le cerveau

Le cannabis, longtemps utilisé pour ses propriétés médicinales, est...

Découvrez la Recette de Smoothie au CBD pour une Journée sans Stress

Le CBD, abréviation de cannabidiol, gagne en popularité en...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img