Cannabis, religion et spiritualité

Partagez cet article

 

Lorsqu’on parle de plantes importantes en religion et spiritualité, le cannabis est en première ligne. Utilisé depuis longtemps pour ses propriétés, il est grandement présent dans les rituels et rites de diverses religions. Pour certains, la plante est considérée comme sacrée.

Marijuana et Shintoïsme 

zoom sur mains en position de prière sur un grand livre

Le Shintoïsme est une religion qui trouve ses racines au Japon. Cette dernière a une relation de longue date avec le cannabis. A l’époque, les peuples autochtones de l’île utilisaient déjà le cannabis pour fabriquer des vêtements ou des paniers tout en consommant les graines. La religion Shinto a repris ses coutumes et porte en haute estime la plante de marijuana.

Le Shintoïsme est une religion sans autorité stricte. Elle ne définit pas clairement le bien du mal. Mais, elle accepte que chaque personne ait une part de bon et de mauvais. Toute personne est fondamentalement bonne, mais peut parfois pencher vers son côté obscur, car nul humain n’est parfait.

C’est dans cette optique que les shintos voient le cannabis. Ce n‘est pas une “mauvaise” plante, c’est l’usage que les gens en font qui peut-être mauvaise. La religion voit même la marijuana comme une plante purificatrice. Les prêtres shintos agitent des paquets de cannabis sur les individus possédés pour exorciser ces êtres malveillants.

Cannabis et Taoïsme

L’idéologie taoïste voit l’univers comme une grande force consciente enchevêtrée. Le « Tao » lui-même est la source, la substance et l’énergie fondamentale qui traverse et anime toutes choses. Sur la seule base de cette perspective, il semble que beaucoup d’herbes aient été fumées pour arriver à cette conclusion cosmique.

La Chine ancienne est le berceau de la consommation historique de cannabis. Les pratiques taoïstes semblent si abstraites et trippantes, qu’il est logique que le cannabis ait joué un rôle dans la religion. Les taoïstes n’ont pas vraiment hésité à utiliser l’herbe.

Certaines sectes ont même personnifié le cannabis comme une divinité. Sous la dynastie Tang, le culte de Magu (Chanvre) associait ce xian Toaist (immortel) à l’élixir de vie. Selon la légende taoïste, Magu occupait le mont sacré Tai. Là où les adeptes rassemblaient du cannabis le septième jour du septième mois, en synchronisation avec les banquets taoïstes.

Les textes taoïstes montrent également l’importance du cannabis dans cette vision du monde. L’encyclopédie taoïste Wushang Biyao (traduite par  » Secret Essentiels Suprêmes »), écrite en 570 après JC, documente l’utilisation du cannabis dans les brûleurs d’encens lors des rituels, ainsi que la tendance taoïste à expérimenter des fumées psychotropes.

Hindouisme et marijuana

La marijuana et la spiritualité ont un lien unique dans l’hindouisme. Cette religion remontant à plus de 4000 ans est une des plus anciennes du monde. Ses principales croyances comprennent la réincarnation, le karma, la croyance en l’âme (atman) et le salut qui met fin au cycle de la renaissance (moksha).

Le cannabis pour les hindous est une plante sacrée, une offrande, une substance formée à partir du sang de Shiva. Les textes sacrés de la religion, connus sous le nom de Vedas, parlent même du caractère sacré de la marijuana. Les pages décrivent cinq plantes sacrées. Le cannabis fait partie de ces rangs et certains hindous pensent qu’un ange gardien occupe les feuilles. Les Védas décrivent également le cannabis comme un « libérateur » et une « source de bonheur ».

Pendant les festivals de fête hindous comme le Shivratri (la nuit de Shiva) ou le Holi (la fête des couleurs), beaucoup consomment du Bhang. Cette boisson à base de cannabis, de lait et d’herbes aiderait les adeptes à entrer dans un état de conscience modifié. Mais surtout à mieux se concentrer sur les festivités.

Bouddhisme et cannabis

Les bouddhistes sont sceptiques et divisés en ce qui concerne le cannabis. D’un côté, il y a ceux qui sont ouverts à sa consommation. De l’autre, il y a les opposants, qui s’opposent avec ferveur. Historiquement, le cannabis a une place importante dans la religion. Les écrits racontent que Gautama Bouddha consommait une graine de chanvre par jour pendant une période de six ans sur son chemin vers l’illumination.

Les trois principales branches du bouddhisme voient le cannabis sous des angles différents.

Bouddhisme Theravada

Cette branche du Bouddhisme est particulièrement conservatrice en ce qui concerne le cannabis. Elle refuse toute consommation.

Bouddhisme Mahayana

Cette branche a un point de vue moins strict en ce qui concerne le cannabis. Elle enseigne à ses adeptes que tout ce qui est bénéfique pour une personne doit être accepté par la communauté. En toute logique donc, le cannabis à usage médical devrait être toléré par les adeptes.

Bouddhisme Vajrayana

Cette branche est la plus ouverte en ce qui concerne la marijuana. Les sujets tabous y sont discutés ouvertement et les adeptes ne devraient avoir aucune gêne dans leurs discussions. Elle encourage même les adeptes à percevoir la pureté en toute chose, y compris le sexe, les drogues…

Judaïsme et marijuana

La religion monothéiste du judaïsme partage beaucoup de points communs avec le christianisme. La seule différence est que les juifs ne croient pas en Jésus en tant que messie. En revanche, ils accordent beaucoup d’importance au pardon, au respect des lois de Dieu et à la prière.

L’usage du cannabis dans le judaïsme ancien reste un sujet débattu. En 2020, des archéologues israéliens ont trouvé des traces de l’herbe sur des artefacts d’un sanctuaire du VIIIe siècle avant notre ère à Tel Arad. Certains chercheurs soutiennent que le terme « kaneh bosem », une plante utilisée dans l’huile d’onction sacrée du Livre de l’Exode, fait référence au cannabis. Cependant, d’autres universitaires réfutent cette traduction et proposent qu’elle se réfère à d’autres espèces végétales.

Indépendamment de l’ancienne utilisation du cannabis dans le judaïsme, les rabbins de l’ère moderne ont une position mitigée sur le sujet de l’herbe. En 1978, le rabbin orthodoxe Moshe Feinstein a rappelé aux fidèles le statut interdit du cannabis par la loi juive et comment l’herbe empêche les fidèles de prier et d’étudier la Torah. D’autres rabbins modernes ont une vision contrastée. Certains sont totalement d’accord avec le cannabis médicinal et déclarent même que l’herbe détient un statut casher pendant la Pâque.

Christianisme et cannabis

coucher du soleil sur croix chrétien

Tout comme le judaïsme, les chrétiens ont des points de vue différents en ce qui concerne l’herbe. Des confessions plus conservatrices, notamment des églises orthodoxes, catholiques et certaines églises protestantes, dénoncent l’usage du cannabis. Cependant, d’autres branches protestantes soutiennent l’utilisation de la marijuana médicale. Des branches comme l’Église presbytérienne, l’Église unie du Christ et l’Église épiscopale.

Certains érudits affirment également que la Bible mentionne indirectement le cannabis : « Voici, je vous ai donné toute plante portant une semence qui est sur la face de la terre, et tout arbre ayant une semence dans son fruit. Vous les aurez pour nourriture. » D’autres s’opposent à cette prétendue justification de l’usage du cannabis des passages tels que Pierre 5:8 : « Soyez sobres d’esprit ; soyez vigilants. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant quelqu’un à dévorer. »

Certains universitaires qui étudient les Écritures ont poussé l’argument pro-cannabis un peu plus loin. Sur la base de l’affirmation du kaneh bosem, ils avancent l’argument selon lequel Jésus et ses disciples ont utilisé du cannabis comme ingrédient dans leur onguent de guérison.

La spiritualité du cannabis dans l’islam

Bien que l’islam prône ce qui est perçu comme des pratiques conservatrices, le cannabis tombe dans une zone grise. Le Coran, texte central de la religion, utilise le terme « haram » pour interdire certains comportements, dont la consommation d’alcool. Bien que le prophète musulman Muhammad ait reconnu que l’alcool avait des applications médicales, il a affirmé que son potentiel de péché dépassait de loin tous les avantages.

Alors, pourquoi Muhammad n’a-t-il pas interdit l’usage de la marijuana ? Il s’avère qu’il ne savait probablement pas que cela existait. Cependant, Muhammad a déclaré dans l’un de ses hadiths (énonciations): « Si beaucoup enivre, alors même un peu est haram ». Il se pourrait très bien que s’il était au courant du cannabis, il l’aurait étiqueté haram aux côtés de l’alcool.

Le cannabis a joué un rôle spirituel dans la branche mystique de l’Islam. Connus sous le nom de soufisme, les adeptes de cette pratique mènent une vie ascétique. Ils renoncent aux choses du monde et cherchent à purifier l’âme par le jeûne et la prière.

Le saint soufi persan Qutb ad-Dīn Hayder a développé un penchant pour le cannabis et a catalysé une explosion de sa popularité dans le monde islamique. L’histoire raconte que Haydar est tombé sur du cannabis en se promenant dans la campagne et a découvert la nature divine et joyeuse de la plante. Après ce qui ressemblait à un grand moment, Haydar retourna vers ses disciples et leur dit : « Dieu Tout-Puissant vous a accordé par une faveur spéciale les vertus de cette plante, qui dissipera les ombres qui obscurcissent vos âmes et illuminera vos esprits. »

spot_img

Articles Similaires

OG Kush : Mystères olfactifs sous diverses identités

La véritable origine de l’OG Kush varie selon la...

THC et lait maternel : Révélations

Une équipe de chercheurs de l’Université d’État de Washington...

Cannabis et Soulagement de la Douleur : Les Terpènes plus Puissants que la Morphine ?

Une révolution médicale semble en marche. Des chercheurs de...

Décrocher du cannabis : 5 étapes essentielles !

Le cannabis fait partie du quotidien de nombreux Français,...

La Rébellion des Cherokees : Le Cannabis comme Acte de Souveraineté !

Cherokee, Caroline du Nord – Dans une salle de...

Royaume-Uni : Premier cannabis médical national disponible

Le cultivateur britannique de cannabis médical Glass Pharms a...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img