Des traces de drogues trouvées dans les cheveux révèlent l’usage de plusieurs plantes à Minorque pendant l’âge de bronze !

Partagez cet article

 

Saviez-vous que les cheveux humains datant de la Préhistoire tardive sont super rares en Méditerranée occidentale ? Eh bien, des fouilles archéologiques menées dans la grotte funéraire et cultuelle de l’âge du bronze d’Es Càrritx, à Minorque (îles Baléares), ont permis de découvrir des mèches de cheveux impliquées dans un rite funéraire unique. 

Cette découverte nous donne l’occasion d’explorer l’utilisation possible des plantes médicinales par les gens de l’âge du bronze tardif. Et devinez quoi ? Nous avons ici les résultats d’analyses chimiques d’un échantillon de ces cheveux grâce à la chromatographie liquide à ultra haute performance et à la spectrométrie de masse à haute résolution (UHPLC-HRMS). Nous avons détecté des alcaloïdes tels que l’éphédrine, l’atropine et la scopolamine et estimé leurs concentrations. Ces résultats confirment l’utilisation de différentes plantes riches en alcaloïdes par les communautés locales de cette île de la Méditerranée occidentale au début du premier millénaire avant notre ère.

La consommation de plantes médicinales à travers le temps

cheveux

Saviez-vous que l’utilisation de plantes médicinales remonte à la préhistoire ? En effet, en combinant différents domaines d’études tels que l’archéologie, l’anthropologie, la chimie, la pharmacologie, l’ethnobotanique et l’iconographie, il a été possible de découvrir que les humains ont consommé des plantes médicinales depuis très longtemps, comme depuis l’époque préhistorique en Eurasie, en Amérique du Nord et du Sud.

Mais comment les chercheurs ont-ils pu savoir cela ? Comme les substances altérant l’esprit ne laissent généralement pas de traces dans les archives archéologiques, leur présence a été déduite à partir d’indices indirects tels que la typologie et la fonction de certains artefacts éventuellement liés à leur préparation ou à leur consommation (récipients en poterie, mortiers en pierre, kits à priser, fumoirs, tuyaux et seringues à lavement, entre autres) ainsi que des restes botaniques (macro et microfossiles) de plantes médicinales.

Les plantes médicinales : une longue tradition ancestrale

La consommation humaine de plantes médicinales remonte à la préhistoire ? Grâce à de nombreuses études dans des domaines variés tels que l’archéologie, l’anthropologie, la chimie, la pharmacologie, l’ethnobotanique et l’iconographie, il a été possible de retracer cette pratique dans différentes régions du monde, notamment en Eurasie, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

Des preuves indirectes de la consommation de drogues

Cependant, comme les substances altérant l’esprit ne laissent pas de traces directes dans les archives archéologiques, leur présence doit être déduite à partir de preuves indirectes. Les archéologues ont ainsi découvert des artefacts tels que des récipients en poterie, des mortiers en pierre, des kits à priser, des fumoirs, des tuyaux et des seringues à lavement, entre autres, qui pourraient être liés à leur préparation ou à leur consommation. De même, des restes botaniques, tels que des macro et microfossiles de plantes médicinales, ont été trouvés.

L’analyse chimique pour des preuves plus précises

Cependant, l’analyse chimique des résidus archéologiques peut également fournir des preuves indirectes plus précises de la consommation de drogues dans le passé. En effet, les agents psychoactifs peuvent rester conservés pendant des millénaires, permettant leur détection par les scientifiques. Par exemple, des alcaloïdes de l’opium ont été détectés dans des conteneurs de l’âge du bronze tardif de l’est de la Méditerranée, fournissant des preuves chimiques pour soutenir l’hypothèse selon laquelle la forme de ces juglets en capsules de pavot inversées servait à annoncer leur contenu. De même, différents composés hallucinogènes ont été chimiquement documentés dans des artefacts préhispaniques des Amériques, et des composés psychoactifs de Cannabis dans des braseros en bois archéologiques de Chine.

Des preuves directes grâce à l’analyse des restes humains

Enfin, des preuves directes de la consommation de drogues par les populations anciennes ont été découvertes grâce à l’analyse chimique des restes humains. Des alcaloïdes psychoactifs ont ainsi été détectés dans des échantillons de cheveux d’individus momifiés préhispaniques américains, des ossements humains de la Chine préhistorique et de Mines de variscite du Néolithique tardif à Gavá, près de Barcelone, ainsi que dans des squelettes du sud de l’Allemagne Culture des cloches. Cependant, certains de ces résultats sont controversés et leur interprétation a été largement débattue.

La grotte d’Es Càrritx : un site archéologique unique

Des cheveux vieux de 3 000 ans

Les cheveux humains récupérés dans la grotte funéraire d’Es Càrritx à Minorque offrent une occasion rare d’étudier les pratiques médicinales et rituelles des anciens habitants de la Méditerranée occidentale. Les scientifiques ont analysé les cheveux pour en extraire des alcaloïdes et ont découvert des preuves directes de la consommation de drogues végétales, notamment plusieurs espèces psychoactives.

Un contexte archéologique complexe

La colonisation précoce des îles Baléares reste une question complexe. Les deux plus grandes îles, Majorque et Minorque, ont été habitées de manière permanente à partir de la seconde moitié du troisième millénaire avant notre ère. Les insulaires ont ensuite développé des structures monumentales en pierre à des fins funéraires, telles que des dolmens et des mégalithes. Vers 1600 avant notre ère, ils ont construit des navettes ou des structures d’habitation en forme de bateau. Environ 1450 av. J.-C., un nouveau type de structure funéraire apparaît : les grottes naturelles dont l’une d’entre elles est la grotte d’Es Càrritx à Minorque, découverte intacte par des spéléologues en 1995.

Dans les entrailles de la grotte d’Es Càrritx

cheveux

Un sanctuaire pour les ancêtres

Dès 1600-1500 avant J.C., les insulaires ont investi la grotte pour des cérémonies rituelles. Mais ce n’est que plus tard, vers 1450-1400 avant J.C., que la chambre 1, située à l’entrée de la grotte, est devenue un espace funéraire collectif pour plus de 200 personnes.

Un portrait de la société de l’époque

Les restes découverts dans la grotte nous en apprennent davantage sur la société de l’époque : les corps de plus de deux cents individus, sans fœtus ni bébés de moins de trois mois, ont été enterrés là-bas. Les analyses ostéologiques ont révélé que ces individus étaient membres d’une unité sociale d’environ 14 personnes, probablement une famille élargie ou une communauté proche.

Des traditions funéraires bien spécifiques

Les insulaires ont pris grand soin de la disposition des corps, qui étaient placés en position fœtale et orientés vers l’est. De plus, des objets précieux ont été déposés à côté des défunts, témoignant d’un grand respect pour les ancêtres.

La découverte des cheveux humains dans la grotte

Mais la découverte la plus intrigante de la grotte d’Es Càrritx est sans doute celle de cheveux humains contenant des alcaloïdes. Les analyses ont révélé que les habitants de l’époque consommaient des drogues végétales, incluant plusieurs espèces psychoactives. Ces découvertes jettent une nouvelle lumière sur les pratiques médicinales et rituelles des insulaires de la Méditerranée occidentale il y a 3 000 ans.

Des cheveux teints en rouge dans les tombes de Minorque

La grotte d’Es Càrritx n’est pas le seul site funéraire de Minorque à avoir connu un traitement post-mortem particulier. En effet, plusieurs autres sites (comme Cova des Pas, certaines hypogées du cimetière de Calescoves, la grotte de Biniedrís et la naveta d’Es Tudons) ont également été marqués par cette pratique sur une période de 300 ans qui précède l’utilisation définitive de ces tombes (entre environ 1100 et 800 avant J.-C., selon les résultats de la datation au radiocarbone).

Des mèches de cheveux ont été intentionnellement teintes ou ointes en rouge in situ après le dépôt des cadavres. Des pigments ocres riches en hématite auraient été utilisés, comme dans la grotte de Biniedrís, ou peut-être des extraits de certaines plantes traditionnellement exploitées pour la teinture rouge, comme la garance sauvage (Rubia peregrina) ou le buis des Baléares (Buxus balearica), tous deux présents dans le registre funéraire archéobotanique de la grotte d’Es Càrritx.

Ensuite, certaines mèches de cheveux étaient peignées, coupées et introduites dans des récipients tubulaires en bois ou en bois de cerf munis de bases et de couvercles qui scellaient les mèches de cheveux à l’intérieur. Les couvercles, souvent décorés de séries sculptées de cercles concentriques parfaits, tenaient des pattes perforées opposées qui servaient à fixer les récipients à l’aide de ficelles.

Des tubes pleins de mystères

Après le rituel, ces tubes étaient généralement laissés près du corps. Mais dans la grotte d’Es Càrritx, des tubes et d’autres objets ont été cachés dans une chambre secrète, appelée chambre 5. Le trésor était composé de six récipients en bois, quatre en corne, un peigne en bois, des cannes en bois, des spatules en bois, des récipients en céramique et même quelques objets en bronze. Tout cela avait été soigneusement caché dans une fosse d’argile, recouverte d’une dalle compactée.

cheveux

Les cheveux de personnes choisies

La découverte de cette chambre 5 suggère que ces rituels étaient pratiqués uniquement avec des individus choisis. En effet, le nombre de récipients trouvés était bien inférieur au nombre de personnes enterrées dans la chambre 1. Tout cela nous rappelle que les pratiques funéraires anciennes étaient souvent teintées de mystère et de mysticisme.

Les secrets de la boîte mystérieuse

La chambre 5 de la grotte d’Es Càrritx est une véritable mine d’or pour les archéologues en quête d’indices sur les rites funéraires du passé. L’un des artefacts les plus intrigants qui y ont été découverts est une boîte en bois d’olivier, ornée de cercles concentriques, avec un couvercle trilobé taillé dans du buis. Mais ce qui rend cette boîte encore plus mystérieuse, c’est son contenu : des mèches de cheveux humains jusqu’à 13 cm de long, d’une couleur rougeâtre étrange.

Un contenant sophistiqué

Cette boîte n’est pas n’importe quelle pièce d’ébénisterie préhistorique. Elle est très sophistiquée, avec un couvercle et des parois extérieures ornées de cercles concentriques, et ne nécessite pas de base indépendante. Elle était conçue pour être ouverte et fermée plusieurs fois, comme en témoignent les traces d’usure caractéristiques relevées sur deux des trois pattes perforées du couvercle.

Des cheveux mystérieux

Mais le plus étrange, ce sont les cheveux à l’intérieur. Ils ont été analysés à partir d’un seul compartiment du récipient en bois d’olivier, ce qui suggère qu’ils ont été déposés intentionnellement à l’intérieur de la boîte. Mais leur couleur rougeâtre et leur longueur inhabituelle ont également suscité des questions. Étaient-ils teints ou naturels ? Appartenaient-ils à un seul individu ou à plusieurs ?

Les archéologues ont réalisé deux datations radiocarbone AMS pour cette boîte, sur des échantillons de bois et de cheveux humains, mais elles ne sont pas concluantes quant à l’âge de la boîte ou de son contenu. Le mystère reste donc entier : qui a mis ces cheveux à l’intérieur de cette boîte sophistiquée, et pourquoi ? Étaient-ils liés à un rituel funéraire particulier ? Seul l’avenir nous le dira peut-être…

cheveux

La détection de drogues préhistoriques à travers les mèches de cheveux

Les cheveux sont un moyen de détecter la consommation de drogues, une technique connue et reconnue dans le monde de la toxicologie médico-légale. Et figurez-vous que cette méthode a également été appliquée avec succès pour étudier les cheveux humains préhistoriques dans différents contextes culturels ! Jusqu’à présent, l’usage de drogues dans l’Europe préhistorique était basé sur des preuves indirectes, telles que des restes archéobotaniques de plantes médicinales, des représentations artistiques, ou la détection d’alcaloïdes de drogues dans certains artefacts.

Mais la découverte de cheveux humains dans la grotte d’Es Càrritx a permis d’obtenir des preuves directes de l’utilisation de plantes médicinales par les personnes de l’âge du bronze tardif. Les mèches de cheveux analysées ont été trouvées à l’intérieur d’un conteneur de la chambre 5, mais malheureusement, l’absence de bulbes pileux a empêché la détermination du sexe des cheveux en utilisant l’ADN.

La flore qui fait planer à Minorque

Minorque, c’est bien connu, c’est la destination idéale pour les vacances. Mais saviez-vous que l’île abrite des plantes aux propriétés hallucinogènes ? On vous dit tout !

D’abord, il y a la Datura stramonium, Hyoscyamus albus et Mandragora automnalis. Ces espèces contiennent des dérivés du tropane atropine et scopolamine. Ça vous rappelle quelque chose ? Ce sont les substances actives de certains champignons hallucinogènes !

Ensuite, il y a l’Ephedra fragilis, qui contient l’éphédrine dérivée de la phényléthylamine. Et enfin, le Pavot à opium sauvage, qui contient une variété d’alcaloïdes benzylisoquinoléines, la morphine et la papavérine.

Des vestiges archéobotaniques de la variété cultivée du pavot à opium ont été retrouvés dans plusieurs sites en Italie, dans le sud de la France et en Espagne. Mais pas de traces dans les archives préhistoriques des Baléares.

Des capsules carbonisées de Datura stramonium ont été retrouvées dans une fosse rituelle de l’âge du bronze moyen à Prats, Andorre, environ 1450 ans avant l’ère commune. Mais pas de preuves paléobotaniques à Minorque préhistorique.

Cependant, une graine de Hyoscyamus sp. a été récupérée dans une tombe taillée dans la roche datée d’environ 1450 avant l’ère commune.

Des traces d’éphédrine ont également été signalées dans les graines d’une espèce d’if (Taxus sp.), mais l’if n’a pas été trouvé dans la végétation de Minorque à l’âge du bronze.

Des cheveux vieux de plusieurs siècles révèlent des secrets sur les plantes hallucinogènes

Des chercheurs ont mené une étude passionnante sur des échantillons de cheveux provenant de la grotte d’Es Càrritx pour découvrir quels alcaloïdes étaient présents dans les plantes utilisées par les populations anciennes pour des pratiques hallucinogènes. Grâce à la chromatographie liquide ultra-performante couplée à la spectrométrie de masse à haute résolution (UPLC-HRMS), les chercheurs ont pu identifier avec précision les composés d’intérêt : l’atropine, la scopolamine et l’éphédrine. Les résultats ont été obtenus grâce à des étalons fournis par des entreprises spécialisées et des solvants de qualité supérieure. La morphine a été exclue de l’étude car elle est instable dans les contextes archéologiques et la papavérine a montré des effets de transfert dans les systèmes de chromatographie liquide. Cette étude donne un aperçu fascinant sur les pratiques culturelles et les connaissances scientifiques de populations anciennes.

Incorporation de médicaments dans les cheveux

Lorsqu’on consomme des médicaments, les produits chimiques circulent dans notre sang. La théorie la plus courante est que ces produits sont incorporés dans la matrice capillaire en croissance à la base du follicule, c’est-à-dire la racine de nos cheveux. C’est pourquoi l’analyse des cheveux peut nous donner une idée de l’exposition d’une personne à des substances sur une longue période de temps, qui peut varier de plusieurs semaines à plusieurs mois selon la longueur des cheveux analysés.

cheveux

La croissance des cheveux

Les cheveux du cuir chevelu humain ont un taux de croissance moyen d’environ 1 cm/mois, mais cela dépend de plusieurs facteurs tels que le type de cheveux, l’âge, le sexe, etc. Par conséquent, si nous analysons plusieurs segments de cheveux tout au long des tiges pilaires, nous pouvons obtenir une estimation de la consommation de médicaments sur une période d’environ un an. Cependant, il est difficile de déterminer le moment exact de la consommation car nous ne pouvons pas faire la distinction entre les segments distal et apical en raison du manque de bulbes dans les mèches de cheveux.

Analyse des cheveux d’Es Càrritx

Des analyses ont été effectuées sur les cheveux trouvés dans la grotte d’Es Càrritx pour rechercher la présence de trois alcaloïdes : l’éphédrine, la scopolamine et l’atropine. Les concentrations d’éphédrine et de scopolamine étaient plus élevées que celles de l’atropine. Il n’y a pas de données quantitatives sur la consommation de ces alcaloïdes par les populations passées, mais on peut les comparer aux données publiées sur les consommateurs modernes.

Analyse des cheveux des patients empoisonnés au Datura

Des scientifiques ont analysé les cheveux de patients ayant ingéré du Datura, une plante toxique. Ils ont trouvé de l’atropine et de la scopolamine chez un patient ayant consommé régulièrement du Datura stramonium. Un autre patient ayant consommé six fleurs séchées de Datura inoxia dans de l’eau chaude ne présentait que de la scopolamine dans ses cheveux. Des études antérieures ont montré que le rapport de la scopolamine à l’atropine est plus élevé chez D. inoxia que chez D. stramonium. Cependant, les résultats de l’étude ne permettent pas de conclure que les cheveux trouvés dans la grotte d’Es Càrritx proviennent de D. inoxia car cette plante n’est pas originaire de l’Ancien Monde. Il est probable que les cheveux proviennent de D. stramonium car les analyses chimiques ont montré que la concentration de scopolamine à l’atropine varie considérablement selon les tissus de différentes variétés de cette plante.

Détection de l’éphédrine dans les cheveux

Les scientifiques ont également détecté de l’éphédrine dans les cheveux de culturistes qui l’utilisaient comme agent dopant et de volontaires ayant reçu des doses orales de l’alcaloïde. Une étude phytochimique a montré que l’Ephedra fragilis était l’espèce avec la plus forte concentration d’éphédrine. Cette plante pousse à Minorque. La concentration d’éphédrine dans les cheveux trouvés dans la grotte d’Es Càrritx était inférieure à celle trouvée chez les consommateurs modernes. Les scientifiques estiment qu’environ 2 g de matière végétale humide ont été consommés pour atteindre ces niveaux d’éphédrine, une quantité raisonnable à collecter et à traiter.

La pharmacologie des alcaloïdes et leurs utilisations possibles

Les alcaloïdes tropaniques ont des effets puissants sur le cerveau, provoquant un délire qui peut inclure des hallucinations, une confusion mentale, une désorientation, et une altération de la perception sensorielle. Les gens ont utilisé des plantes contenant ces alcaloïdes comme des médicaments, des poisons et des drogues. Au Moyen Âge et à l’époque moderne, ils étaient associés à la sorcellerie européenne, où les sorcières se seraient enduites de certains onguents pour s’envoler vers des sabbats démoniaques ou se transformer en animaux. Ces plantes sont également utilisées dans les préparations botaniques des chamans du monde entier pour des rituels de divination, de prophétie et d’extase.

D’autre part, l’éphédrine est similaire à l’adrénaline et peut améliorer la vigilance mentale et l’activité physique, réduire la fatigue, améliorer la concentration et supprimer la faim. Elle a été utilisée pour traiter le rhume, l’asthme et le rhume des foins, entre autres à des fins médicales.

Comment les plantes étaient utilisées dans l’âge du bronze aux îles Baléares

cheveux

Contexte archéologique et ethnobotanique

Les archéologues et les experts en ethnobotanique peuvent déterminer comment les plantes étaient utilisées dans le passé. Les îles Baléares ont révélé plusieurs sites funéraires et lieux de cérémonie de l’âge du bronze où les fleurs ont été déposées et des espèces aromatiques ont été utilisées pour créer une expérience sensorielle.

Absence de plantes psychoactives

Cependant, les plantes psychoactives n’ont pas été trouvées dans ces sites et lieux, ni dans aucun contexte domestique. Seule une graine isolée de Hyoscyamus sp. a été trouvée dans la grotte de S’Alblegall, mais sa présence a été considérée comme non intentionnelle.

Exclusion des plantes médicinales des rites funéraires

Les fouilles archéologiques n’ont pas révélé de preuves archéobotaniques de l’espèce végétale contenant les alcaloïdes détectés dans les échantillons de cheveux. Ainsi, l’usage des plantes médicinales était exclu des rites funéraires.

Possibilité d’utilisation de plantes médicinales

Malgré cela, les populations de l’âge du bronze de Minorque ont peut-être utilisé des plantes médicinales pour leurs propriétés médicinales. Par exemple, dans l’Ancien Monde, la mandragore était utilisée comme sédatif et pour induire un soulagement de la douleur lors d’interventions chirurgicales depuis plus de deux millénaires.

Preuves potentielles d’utilisation de plantes médicinales

Il est intéressant de noter la présence de trois crânes trépanés à la grotte d’Es Càrritx, appartenant à des mâles adultes, avec des signes clairs de survie même depuis plus d’un an. Bien que la relation entre les mèches de cheveux prélevées et les crânes trépanés ne puisse pas être établie en toute sécurité, il est probable que les plantes utilisées dans les pratiques médicinales aient été utilisées en dehors de l’environnement funéraire, et donc leurs résidus ne se retrouvent pas sur les sites funéraires.

Utilisation actuelle de certaines plantes

Enfin, il est intéressant de noter que certaines plantes utilisées dans les pratiques médicinales à l’âge du bronze sont encore utilisées aujourd’hui sur l’île de Minorque, comme les feuilles d’éphédra dans plusieurs traitements, les cigarettes préparées avec Datura stramonium et Hyoscyamus albus pour lutter contre l’asthme, et les racines de mandragore ajoutées aux baumes pour soigner l’insomnie.

Des cérémonies étranges dans les grottes de Minorque

cheveux

Dans la grotte d’Es Càrritx à Minorque, on a trouvé des cheveux humains dans un grand nombre de récipients différents. Mais la raison pour laquelle ces cheveux ont été rasés reste un mystère. Les fouilles n’ont révélé aucune différence entre les individus qui ont subi cette tonsure, donc cela n’a rien à voir avec un privilège politique ou économique.

Cependant, une grotte voisine appelée Es Mussol a révélé des preuves de cérémonies chamaniques. Des sculptures en bois représentant des animaux et des humains ont été découvertes dans une petite chambre. Cela suggère que les gens ont peut-être utilisé des plantes psychotropes pour se transformer en animaux lors de rituels. Il est possible que les individus qui ont subi la tonsure ont participé à ces cérémonies et ont été honorés par un traitement funéraire spécial en raison de leur rôle chamanique.

Les plantes psychoactives à Minorque

Les plantes ont des propriétés non alimentaires, et les humains les utilisent depuis des millénaires. Une étude sur les personnes de l’âge du bronze de Minorque montre que plusieurs plantes contenant des alcaloïdes ont été consommées, bien que d’autres plantes aient également été utilisées. Des substances psychoactives ont été trouvées dans les cheveux, mais elles n’ont pas été utilisées pour soulager la douleur, malgré les preuves de conditions paléopathologiques sévères dans la population.

Des connaissances spécialisées

Manipuler, utiliser et appliquer ces plantes représentait une connaissance hautement spécialisée en raison de leur toxicité potentielle. Ces connaissances étaient généralement détenues par les chamans, qui étaient capables de contrôler les effets secondaires des drogues végétales grâce à une ecstasy qui permettait le diagnostic ou la divination.

Les cercles concentriques

Les chercheurs ont également étudié des couvercles de tubes trouvés dans la grotte d’Es Càrritx, qui présentaient des cercles concentriques gravés. En raison de l’effet mydriatique des alcaloïdes, ces cercles peuvent être interprétés comme des yeux, une métaphore de la vision intérieure. Dans certains cas, cela peut être lié à des états de conscience altérés et à des expériences visionnaires sous l’influence d’hallucinogènes. Des motifs en spirale trouvés sur des récipients en céramique précolombienne tardive de l’Arkansas, testés positifs pour l’atropine, ont corroboré cette interprétation.

Des changements sociaux dans les îles Baléares

Vers 800 av. J.-C., les habitants des îles Baléares ont connu des transformations importantes de leur organisation sociale. Les archéologues ont découvert des signes de croissance démographique, ainsi qu’une diminution des contacts avec les autres régions et un abandon des pratiques funéraires traditionnelles. Cependant, certains individus ont résisté à ces changements et ont caché des objets rituels dans la grotte d’Es Càrritx. Ces objets appartenaient probablement à des membres importants de la communauté, peut-être des chamans. Ils ont été cachés profondément dans la grotte, dans l’espoir de les préserver pour une utilisation future, lorsque l’ancien ordre social pourrait être rétabli.

spot_img

Articles Similaires

Cannabis et Grossesse : Une Association Périlleuse ?

La consommation de cannabis pendant la grossesse est de...

Startups européennes du cannabis : Vers une révolution boursière ?

Une vague d’optimisme souffle sur les startups européennes du...

Le NFP et la Légalisation du Cannabis : Une Position Ambiguë

Avec l'ascension du bloc NFP (Nouvelle Force Progressiste) à...

Guide ultime pour conserver votre cannabis

La conservation du cannabis est une étape cruciale pour...

Distribution de cannabis médicinal sur l’Île de Man : Une nouvelle ère

Les pharmacies de l’île de Man ont désormais la...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img