Histoire du cannabis thérapeutique

Partagez cet article

 

Pour beaucoup, l’histoire du cannabis thérapeutique ne remonte qu’à quelques siècles. En Occident, l’usage médical de cette plante n’a commencé à se faire remarquer qu’au milieu du XIXe siècle. En creusant davantage, il serait facile de se convaincre que cette pratique existe depuis des millénaires en trouvant racines en Chine et en Inde, à plus de 2500 ans av. J.-C avant de faire sa première apparition sur le Vieux continent à environ un siècle après Jésus Christ.

L’histoire du cannabis thérapeutique remonte à des millénaires

Comme susmentionné, le cannabis thérapeutique existe bien plus longtemps que l’on pourrait le croire. D’après les recherches, tout porte à penser que cette pratique a vu le jour dans les pays du soleil levant.

L’Orient, son berceau

Concrètement, il est question de la Chine et de l’Inde. Les anciens manuscrits et la médecine traditionnelle de ces pays de l’Orient en donnent la preuve. Ce, en faisant valoir que l’utilisation médicinale du cannabis remonte à plus de 2500 ans av. J.-C.

Qu’en est-il de l’Inde ?

En Inde, l’usage de cette plante est associé à la religion et à la magie depuis des millénaires. Cette plante est destinée à l’usage récréatif ou en tant qu’aphrodisiaque. La médecine ayurvédique traditionnelle a pour habitude de faire appel aux vertus du chanvre pour soulager la douleur, favoriser l’appétit, la digestion ou le sommeil.

Et de la Chine ?

Du côté de la Chine, l’histoire du cannabis thérapeutique est étroitement liée à la légende de Chen Nung. Également connu sous le nom de Shen Nung, cet empereur, qui a régné vers 2700 av. J.-C, est connu comme celui qui a dévoilé les propriétés médicinales du cannabis. En réunissant ses connaissances dans un livre intitulé Shen Nong Ben Cao Jing, il a ouvert la voie sur des recherches plus approfondies sur le sujet.

C’est ce qui a d’ailleurs permis à la plus ancienne pharmacopée du monde de voir le jour. C’était au premier siècle de notre ère. Grâce à ce recueil de recettes de médicaments compilés, il a été découvert que le cannabis peut guérir plus d’une centaine de maladies. Le paludisme, le rhumatisme, la diarrhée ou encore la goutte sont de cette liste, sans parler de la dysenterie et de beaucoup d’autres.

Plus de mille ans plus tard, vers 1578 apr. J.-C., un autre texte est venu renforcer les rangs en indiquant que cette plante permet de soigner les hémorragies, les infections parasitaires ou encore les vomissements. Inutile de préciser que jusqu’à nos jours, les Chinois continuent de faire appel aux vertus thérapeutiques de la marijuana pour traiter un nombre considérable de maladies. Tout cela, grâce aux avancées scientifiques permettant d’explorer en profondeur les propriétés bénéfiques de cette plante.

… et pour les autres ?

Si l’histoire du cannabis thérapeutique remonte à plus de 2000 ans av. J.-C. en Inde et en Chine, elle n’a fait son apparition que des siècles après l’arrivée du Christ pour les autres pays.

Un bref passage sur le Vieux continent

Sur le Vieux continent, cette pratique était connue des Grecs et des Romains dès le premier siècle, grâce à Discorides et à Galien. Ces médecins de l’époque ont recommandé l’usage de cette plante pour le traitement de plus d’une dizaine de maladies. Après, il faudra attendre l’arrivée de Pline l’Ancien au 5e siècle pour reprendre le flambeau, puis tomber progressivement dans l’oubli.

Vers le XVe siècle pour les pays arabes et africains

Les pays arabes et africains ont pris connaissance des propriétés médicinales du cannabis vers le XVe siècle, même si des indicateurs portent à croire que c’était un peu plus tôt.

Des théologiens musulmans débattent sur le sujet. L’objectif était de déterminer si le haschisch (produit à base de résine de cannabis) pouvait être considéré comme intoxicant ou bénéfique pour la santé et le bien-être. Le résultat est plutôt encourageant. Simplement parce que cette initiative a permis d’en subdiviser l’usage en deux catégories :

  • Le haschich comme substance intoxicante dont l’utilisation est passible d’une punition par des coups de fouet brutaux ;
  • Le haschich comme médicament.

C’est ainsi que l’utilisation et la commercialisation du cannabis thérapeutique a obtenu le feu vert des autorités. Ce qui a permis aux marchands arabes de vendre leurs produits auprès des pays africains. C’était évidemment à la même époque que cette plante aux multiples vertus était utilisée en Afrique, pour atténuer les douleurs de l’accouchement ou traiter les morsures de serpent. Elle servait également à soigner différentes maladies à l’instar de la dysenterie et du paludisme.

Des siècles plus tard pour l’Europe et l’Amérique

Si l’on se fie à l’histoire du cannabis, l’on pourrait dire qu’il est bel et bien présent en Europe depuis l’âge de bronze en commençant par la partie Nord. Toutefois, en ce qui concerne la catégorie thérapeutique, l’histoire est plutôt récente. C’était vers le milieu du XIXe siècle, pour être plus précis, même si les Grecs et les Romains ont déjà exploité ses potentiels.

Concrètement, la marijuana médicinale doit son ascension à William O’Shaughnessy. Sous son statut de professeur au Medical College de Calcutta, il a eu l’occasion de mener des recherches sur cette plante. De quoi permettre à ce médecin irlandais d’en découvrir les propriétés curatives pour le traitement des :

  • Vomissements et de la diarrhée (mortels) liés au choléra ;
  • Douleurs ;
  • Spasmes musculaires.

Ces résultats publiés dans les années 1830 ont suscité l’attention des chercheurs européens amenés à concentrer leurs études sur le cannabis. Ils ont décidé d’unir leurs forces avec celles des médecins indiens pour leur permettre de découvrir un nombre considérable d’avantages médicaux.  

C’était pendant la période de 1893 à 1894. Après quoi, ces scientifiques ont obtenu une invitation de l’Indian Hemp Drugs Commission (IHDC) pour leur permettre d’en dévoiler les résultats de façon officielle. L’occasion a permis découvrir que le cannabis pouvait servir de traitement à l’impuissance, aux maux de tête, à la fièvre, aux douleurs aiguës et chroniques. L’asthme est aussi de la liste, sans parler du diabète et de la perte d’appétit, ainsi que beaucoup d’autres.

Des raisons suffisantes pour encourager l’IHDC de recommander la dépénalisation du cannabis dans sa forme médicale.

Les chercheurs américains se sont également penchés sur le sujet

Les médecins européens et indiens n’étaient pas les seuls à emboîter le pas. Les scientifiques américains aussi sont de la partie. Ce sont même eux qui ont ouvert la voie.

Pour s’en convaincre, il suffit de porter un regard sur la toute première conférence américaine dédiée à la marijuana organisée par l’Ohio State Medical Society en 1860. Ce fut trois décennies après les découvertes d’O’Shaughnessy, et plus de trente ans avant les spécialistes du Vieux continent.

Pour en revenir au vif du sujet, les médecins ont profité de cet évènement pour dire qu’ils ont réussi à utiliser le chanvre pour traiter diverses affections : douleur, gonorrhée, toux chronique… De quoi inciter les autorités à encourager les recherches allant dans ce sens. Dans cette optique, de nombreuses entreprises pharmaceutiques ont pris la ligne de départ, mais deux d’entre elles ont mérité d’attirer une attention particulière en 1930 :

  • Grimault & Company proposant un remède à base de cannabis contre l’asthme ;
  • Parke-Davis et Eli Lilly commercialisant des analgésiques, des antispasmodiques et des sédatifs.

L’histoire du cannabis a connu des hauts et des bas

Vous l’aurez compris, ces résultats scientifiques ont permis au cannabis thérapeutique d’avoir le vent en poupe en Amérique, en Europe et un peu partout dans le monde. Mais ce fut de courte durée puisque les États-Unis ont adopté deux dispositifs législatifs mettant un frein à son développement :

  • En 1937 quand la Marijuana Tax Act a imposé des restrictions sévères à la commercialisation et à l’usage de produits à base de cannabis ;
  • En 1942 quand le pays a décidé d’exclure la marijuana de la pharmacopée USP.

Différents éléments expliquent ces décisions :

  • L’arrivée des drogues synthétiques plus efficaces (aspirine, barbituriques) ;
  • La montée en force de la consommation récréative entrainant des crimes, des maladies mentales et des décès ;
  • L’introduction du cannabis dans la catégorie des drogues nocives et addictives.

Quoi qu’il en soit, ces législations ont été abrogées dans les années 1970 et 1980 auprès de nombreux États qui ont fait le choix de légaliser l’usage du cannabis dans sa forme médicale.

Même son de cloche sur le Vieux continent. À l’instar des Américains, les Européens ont également décidé de criminaliser le cannabis sous toutes ses formes avant de relâcher la bride pour la catégorie thérapeutique.

En Bref

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’histoire du cannabis thérapeutique remonte à plus de 2500 ans av. J.-C. Du moins, pour les pays de l’Est comme la Chine ou l’Inde. Pour ce qui est du Moyen-Orient, de l’Afrique, de l’Europe ou encore de l’Amérique, c’était plutôt après la naissance du Christ.

Dans le lot, le continent américain et européen a mis du temps avant de prendre la ligne de départ au XIXe siècle et de rattraper leur retard dans les recherches scientifiques.

Ainsi, la marijuana médicinale a bien fait de conquérir le monde. Le hic, c’est que différents éléments sont venus ternir son image. De quoi inciter les autorités à adopter des mesures restrictives qui ont fait figure d’obstacle à sa croissance durant des décennies. Une époque désormais révolue selon le Cannabis Law Groupe, indiquant que la légalisation du cannabis progresse à l’échelle mondiale dans sa forme médicale ou récréative.

spot_img

Articles Similaires

OG Kush : Mystères olfactifs sous diverses identités

La véritable origine de l’OG Kush varie selon la...

THC et lait maternel : Révélations

Une équipe de chercheurs de l’Université d’État de Washington...

Cannabis et Soulagement de la Douleur : Les Terpènes plus Puissants que la Morphine ?

Une révolution médicale semble en marche. Des chercheurs de...

Décrocher du cannabis : 5 étapes essentielles !

Le cannabis fait partie du quotidien de nombreux Français,...

La Rébellion des Cherokees : Le Cannabis comme Acte de Souveraineté !

Cherokee, Caroline du Nord – Dans une salle de...

Royaume-Uni : Premier cannabis médical national disponible

Le cultivateur britannique de cannabis médical Glass Pharms a...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img