Retipping : Une nouvelle méthode de culture du cannabis

Partagez cet article

 

Le retipping est une toute nouvelle technique pour cultiver du cannabis. Fruit de travaux des chercheurs de l’Université de Californie du Nord, cette méthode promettrait un rendement élevé, tout en nécessitant un minimum d’espace. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les cultivateurs et professionnels du milieu, le marché du chanvre étant aujourd’hui en pleine croissance. Cela reste vrai que ce soit au niveau national ou international. Selon les prévisions, ce secteur pourrait connaître un taux de croissance annuel composé de 14,5 % entre 2022 et 2027. C’est pour cette raison que les acteurs du milieu se doivent de saisir toutes nouvelles opportunités pour optimiser leurs activités. Alors, c’est quoi le retipping ? Les détails avec Cannabig Info.

Pourquoi commencer à cultiver du cannabis ? 

Malgré la prohibition depuis plusieurs décennies, le marché du cannabis ne cesse de se développer dans l’Hexagone. Il s’agit d’un secteur d’activité qui génère un chiffre d’affaires annuel de 832 millions d’euros. D’ailleurs, l’essor que l’on connaît actuellement n’est pas près de s’arrêter, surtout avec la prolifération des produits à base de chanvre CBD. 

Pour la culture de cannabis en particulier, les bonnes raisons pour se lancer sont nombreuses. Ce n’est pas uniquement une activité très enrichissante et passionnante, mais aussi très rentable. Néanmoins, l’atout économique n’est en réalité qu’une infime partie des bénéfices à en tirer. Au niveau personnel, c’est un excellent moyen pour vous d’apprendre à mieux connaître la plante

D’autant plus que vous aurez la possibilité d’apprécier pleinement l’expérience de culture, notamment avec des méthodes innovantes comme le retipping. Au fur et à mesure de vos interactions avec le cannabis, vous pourrez aiguiser vos compétences et les partager à votre entourage. 

Sur un plan plus global, la culture du cannabis s’avère pareillement intéressant. On cite entre autres l’impact écologique positif. Après tout, il ne nécessite qu’une petite quantité d’eau pour se développer. En plus, le chanvre constitue aussi une bonne option pour équilibrer les émissions de CO₂. Pour cause, il fait partie des plantes qui excellent en matière de séquestration du carbone.  

Bien entendu, il ne s’agit là que de quelques exemples des avantages à en tirer. Avec des techniques efficaces comme le retipping, les cultivateurs de cannabis auront la possibilité d’augmenter leur rendement, et ainsi optimiser les bénéfices économiques, individuels ou environnementaux. Restez tout de même à l’affût des changements de législation et des prérequis avant de devenir un cannabiculteur avéré. Cela vous permettra par la même occasion d’assurer d’être en accord avec la loi.  

Photo de cannabis culture indoor

Pourquoi s’intéresser à la méthode retipping ? 

Voulez-vous faire pousser des plants de cannabis ? Il existe aujourd’hui différentes techniques qui se présentent à vous. Cette nouvelle méthode promet des résultats d’autant plus satisfaisants. On a pu découvrir les détails sur ce mode de culture à travers une publication de l’American Society for Horticultural Science. Celle-ci abordait principalement les conclusions d’une étude menée par les chercheurs de l’Université de Californie du Nord. 

Pour résumer, il s’agit d’une sorte de transplantation qui emprunte les principes de base du bouturage. En théorie, le retipping consiste tout simplement à prélever des boutures sur des plantes de chanvre saines et les changer de milieu de culture. Cela permettrait essentiellement de reproduire à l’identique la plante dite « mère » avec ses qualités. 

Habituellement, les plants de cannabis s’en sortent déjà pas mal avec leur croissance rapide. Néanmoins, c’est aussi une culture qui, généralement, prend beaucoup de place. C’est justement pour cela que le retipping peut constituer une bonne solution. Selon les précurseurs de cette méthode, elle permettrait d’optimiser le rendement, sans sacrifier la qualité des produits finis ou agrandir votre serre. 

Pour obtenir de meilleurs résultats lors de cette multiplication clonale rapide, les cultivateurs doivent toutefois passer par la micropropagation en laboratoire. Cette étape se révèle nécessaire pour que les boutures poussent dans des conditions idéales.

Quels sont les avantages du retipping ? 

En principe, cette méthode de culture in vitro convient à n’importe quel type de plante. D’ailleurs, de nombreux cultivateurs y ont déjà recours. Aujourd’hui, elle attire l’attention des cannabiculteurs. Cela n’est d’ailleurs pas étonnant compte tenu des avantages qu’elle pourrait fournir. 

  • La micropropagation (comme son nom l’indique) nécessite de petites quantités de plantes mères pour un rendement supérieur. Pour produire un nombre équivalent de plantes en utilisant des méthodes conventionnelles, un certain investissement serait probablement nécessaire.
  • Pour les variétés qui donnent des résultats moyens dans des conditions de propagation en masse in situ, cette technique offre également une alternative viable. 
  • Par ailleurs, le retipping pourrait susciter l’intérêt des cultivateurs professionnels de chanvre. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il permet de conserver ou de faire pousser les plants en grand nombre. Cela pourrait même contribuer à la préservation de certaines espèces qui se font rares. D’après Jessica Lubell-Brand, investigatrice principale de ce projet, cette méthode donnerait effectivement neuf fois plus de plantes que les boutures de tiges provenant de plantes mères traditionnelles dans un espace similaire.
  • Aussi, la micropropagation est réalisable à n’importe quel moment de l’année puisque les étapes initiales sont effectuées en laboratoires. 
  • Tout cela fait que le rendement des plantes de cannabis s’accroît, et surtout plus résistantes et qualitatives.
  • En outre, le processus de micropropagation s’avère particulièrement utile pour la production de semences dans des récoltes spécifiques, tout en garantissant la protection héréditaire. Dans le cas contraire, le retipping pourrait aider à la promotion de mesures biochimiques contrôlées pour la découverte de nouvelles variétés.

Ce n’est ainsi pas étonnant que cette méthode de culture in vitro fasse autant de bruits ces derniers temps dans le secteur du cannabis. Elle présente une solution rapide et efficace pour booster le développement d’un commerce mondial à fort potentiel. Ce, sans risque de maladie ou d’altération des propriétés inhérentes de la plante.

Quelles sont les étapes nécessaires pour réussir le repiquage ?

Selon les résultats de cette recherche, le retipping donnerait des résultats satisfaisants, quelle que soit l’option choisie. Ainsi, il serait possible de profiter des : 

  • Microboutures ;
  • Boutures de tiges ou 
  • Boutures de retrait. 

De manière générale, ce processus de culture passe par différentes étapes. À savoir : 

  • La sélection de la plante mère ;
  • Le choix de l’explant ;
  • La désinfection du tissu végétal extrait ; 
  • L’établissement de la culture in vitro ; 
  • L’enracinement et la multiplication des pousses ; 
  • La germination des plants de cannabis ;
  • L’acclimatation hors du laboratoire et le transfert de plantules en serre. 

Photo de serre de cannabis

Pour que le retipping réussisse, il convient de prendre en compte quelques facteurs majeurs. La sélection de la plante mère doit par exemple tenir compte de la qualité. Concrètement, cela signifie que les plants doivent :

  1. Provenir de semences obligatoirement certifiées ;
  2. Représenter fidèlement l’espèce ou la variété que vous souhaitez cloner ; 
  3. Être vigoureux, sains et exempts de parasites ou de maladies.

De même, ce processus doit impérativement se faire dans des conditions nutritionnelles, environnementales et aseptiques contrôlées. C’est ce qui permettra entre autres de développer le plein potentiel de la cellule végétale afin que les boutures puissent devenir des plantes de cannabis adultes suffisamment qualitatives.

Quelles sont les limites du retipping ? 

Certes, la méthode de micropropagation est très intéressante pour la culture de cannabis. Cependant, elle présente aussi quelques inconvénients. En effet, on retrouve le coût relativement élevé dû à la nécessité d’une croissance en laboratoire. Elle cantonne également les cannabiculteurs à la monoculture. Cette dernière a souvent le désavantage de bouleverser l’équilibre naturel en matière de contrôles biologiques. Si un trop grand nombre de mêmes espèces de plantes pousse dans une zone distincte, cela pourrait dépouiller le sol de ses nutriments. Il s’agit d’un possible impact contre-productif du retipping, sans une maîtrise complète. 

Aussi, même dans les bonnes conditions, certains organismes infectieux peuvent être difficiles à éradiquer. Parfois, les cultivars ne donnent pas non plus le type de plantes attendu à la suite de la culture cellulaire et tissulaire. Généralement, il suffit de revoir la sélection d’explants utilisés dans la phase initiale, ainsi que l’âge de la lignée de propagules pour améliorer les rendements.

Enfin, le retipping possède un grand point faible. Il nécessite des installations de culture spécifiques. Pour les serres implantées loin d’un laboratoire, il peut alors être difficile de s’en approvisionner. Bien entendu, il est possible de mettre en place des pépinières proposant à la vente des plantes produites en laboratoire pour détourner cet obstacle. Mais encore faut-il que la France se dote de telles infrastructures. 

Que retenir ? 

Le retipping est une technique de culture de cannabis par micropropagation. Il consiste à générer une plante entière à partir de très petits morceaux de tissu végétal prélevés sur une plante mère. Pour que les résultats soient au rendez-vous, il convient de sélectionner et préparer soigneusement les explants. C’est ce qui permettra de faire pousser des plants de cannabis sains et vigoureux dans des conditions de laboratoire stériles. Alors, est-ce que cette méthode de culture in vitro sera un succès en France ? L’avenir nous le dira. 

Pour le moment, redécouvrez les astuces pour faire pousser des germes de chanvre

spot_img

Articles Similaires

Le Maroc vise le marché européen du cannabis légal

Le Maroc est en passe de devenir un acteur...

La Polynésie approuve le cannabis thérapeutique

La Polynésie française a franchi une étape significative vers...

La Nouvelle Légalité du Cannabis aux États-Unis : Une Opportunité pour la Recherche

En mai dernier, la DEA (Drug Enforcement Administration) des...

Chanvre à Victoria : Le gouvernement passe à l’action

Le gouvernement de l'État de Victoria en Australie a...

Australie: Controverse autour des bonbons gélifiés aux champignons

Un rappel massif des bonbons gélifiés "Mushroom Gummies" d'Uncle...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img