Cannabis au Nigeria : Culte illégal, mais vital

Partagez cet article

 

Le Nigeria, malgré la criminalisation du cannabis, abrite une réalité complexe où sa culture et son commerce assurent la subsistance de familles entières. Cette situation suscite des interrogations profondes sur les politiques en matière de drogues, incitant à une réévaluation des lois en vigueur.

Au cœur d’un paisible village du sud-ouest du Nigeria, un groupe d’agriculteurs nous a accueillis avec une excitation palpable. Ils étaient impatients de partager leurs expériences en tant que producteurs d’ewé ọlà, ou comme ils le nomment affectueusement, la « feuille de richesse » — une référence au cannabis en langue yorùbá. Au Nigeria, où le cannabis est fortement criminalisé, sa culture et son commerce prospèrent malgré tout, offrant des avantages socio-économiques cruciaux pour ces individus. Dans cet article, nous explorons cette réalité complexe en mettant en lumière les voix intérieures des producteurs et commerçants de cannabis.

Les réalités de la vie avec un cannabis illégal

En dépit des risques élevés liés à la culture illégale du cannabis, de nombreuses familles rurales au Nigeria dépendent de cette plante pour leur survie. Bien que la loi nationale prévoie des peines de prison sévères pour la possession et l’usage du cannabis, son statut illégal maintient les prix à des niveaux élevés, créant ainsi une activité lucrative pour les personnes impliquées. Cette contradiction frappante soulève des questions fondamentales sur l’efficacité des politiques en matière de drogues.

Des moyens de subsistance étroitement liés au cannabis

Des recherches approfondies basées sur des entretiens approfondis et des observations de terrain ont révélé que pour de nombreux habitants, le cannabis est devenu la principale source de revenus, surpassant même les cultures traditionnelles telles que le cacao. Les bénéfices tirés du cannabis ont permis à ces individus de subvenir aux besoins de leur famille, d’envoyer leurs enfants à l’école et de fournir un abri. Même des individus socialement respectés, tels que des diplômés universitaires et des guérisseurs traditionnels, se sont engagés dans cette activité lucrative.

nigeria

Stigmatisation et lutte pour la légitimité

Malgré les avantages socio-économiques évidents, le cannabis demeure stigmatisé au Nigeria en raison de ses associations avec la déviance et les troubles mentaux. Les producteurs et les commerçants de cannabis opèrent dans l’ombre, craignant les descentes de police et les conséquences légales. Cette stigmatisation a un impact significatif sur leur estime de soi et ajoute des charges financières liées à la corruption des forces de l’ordre.

Légalisation du cannabis : Un appel à la réforme

De nombreux producteurs de cannabis souhaitent que la stigmatisation disparaisse et que leur activité soit légalisée. Ils considèrent la légalisation comme une opportunité de légitimer leur mode de subsistance. Cependant, des obstacles institutionnels et sociaux entravent ce changement. Les forces de l’ordre ont un intérêt financier dans le maintien du statu quo, ce qui complique les efforts de réforme.

Repenser les lois sur les drogues au Nigeria

La réalité complexe du cannabis au Nigeria remet en question les perceptions courantes sur les drogues illicites. Il est impératif de prendre en compte les voix des personnes impliquées dans la culture et le commerce du cannabis afin de formuler des politiques plus équilibrées en matière de drogues. La réforme des lois sur les drogues pourrait non seulement améliorer les moyens de subsistance des individus impliqués, mais aussi offrir de nouvelles perspectives sur la manière de gérer les défis liés aux drogues dans la société.

La réalité de la culture et du commerce de cannabis au Nigeria dépasse les stéréotypes et les perceptions négatives courantes. Pour de nombreuses familles rurales, le cannabis illégal représente une source vitale de revenus qui leur permet de répondre à leurs besoins fondamentaux. Repenser les lois sur les drogues est crucial pour équilibrer les besoins économiques et sociaux des individus impliqués avec les préoccupations de sécurité et de santé publique. 

La réforme pourrait ouvrir la voie à une meilleure compréhension et à des politiques plus efficaces en matière de drogues. En fin de compte, repenser les lois sur les drogues au Nigeria pourrait offrir un avenir plus prometteur et plus juste pour ceux dont les moyens de subsistance dépendent de la « feuille de richesse ».

 

spot_img

Articles Similaires

UCN : Parler de cannabis sans aucune censure

Le sujet du cannabis a toujours fait l’objet de...

THC : D’où vient le taux 0,3 %

Dans plusieurs pays, il est facile de différencier le...

Nevada : Un lounge de cannabis pour le tourisme

Il existe de plus en plus de consommateurs de...

New York : L’autoculture du cannabis bientôt

De plus en plus de pays ont déjà adopté...

Espagne : En voie pour la légalisation du cannabis médical

L’Espagne connaît aussi un bouleversement politique et sanitaire à...

République tchèque : Interdiction du HHC

Le statut du HHC pose un problème dans de...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img