Du cannabis pour dépolluer les sols agricoles

Partagez cet article

 

« Je ne dis pas que le chanvre sauvera le monde… En tout cas, c’est la seule chose qui puisse le faire… » J.H.

À travers le #2022CHANVREMENBON, j’ai choisi aujourd’hui de me concentrer sur le potentiel écologique du cannabis. Outre ses vertus thérapeutiques, la plante peut effectivement faire du bien à la planète grâce à sa culture. 

Mon objectif dans cet article sera de vous interpeller, mais aussi — je l’espère — éveiller votre curiosité quant aux diverses possibilités offertes par le chanvre. D’ailleurs, sa production n’a pas uniquement une dimension économique. Sa première utilité consiste surtout à « soigner » la planète de la consommation et de la pollution humaines. À travers sa culture, le chanvre se met au service de l’Homme et de la biodiversité

Pour explorer davantage ce sujet, je vous présente aujourd’hui trois axes d’attention. 

La phytoremédiation grâce au cannabis 

Les métaux lourds contaminent à différents degrés les terres agricoles. Dès lors, ces dernières ne peuvent être exploitées qu’à des fins de production non alimentaire. Pour répondre à cette problématique, les scientifiques de l’UCLouvain explorent actuellement la piste prometteuse de l’utilisation du chanvre afin de dépolluer les sols européens.

Même si la plante est domestiquée par l’Homme depuis une dizaine de milliers d’années, elle a toutefois encore mauvaise presse. De nombreux pays interdisent même sa culture jusqu’à ce jour. La principale raison de cette interdiction réside dans son usage récréatif par les jeunes. Il peut en effet présenter des effets addictifs et néfastes sur le cerveau. 

Au fil des années, on a pourtant découvert différentes variétés de cannabis avec un taux de THC moindre — principal constituant psychoactif de la plante. Celles-ci ont un potentiel indéniable et pourraient d’autant plus servir à notre société. Les scientifiques du Earth and Life Institute, Marie Luyckx et Stanley Lutts, concentrent alors leurs travaux sur ce domaine. Ils étudieraient principalement la capacité du chanvre, notamment en matière de :

  • Extraction de métaux lourds dans les sols pollués ; 
  • Utilisation industrielle, mais aussi dans le secteur de la construction des tiges et fibres du chanvre ; 
  • Qualité pharmaceutique, surtout grâce aux cannabinoïdes contenus dans les fleurs.

Du chanvre pour décontaminer les sols 

Les chercheurs de l’UCLouvain examinent également l’intérêt du cannabis pour la dépollution des sols contaminés par les métaux lourds. Cette technique est communément connue sous le nom de « phytoremédiation ». Ici, l’objectif de la recherche est de définir le potentiel dépolluant du chanvre, tout en favorisant le rendement pour l’extraction de fibres de qualité. Les avantages s’étendront alors à trois aspects.  

  1. La dépollution naturelle des sols de culture. Les sites industriels jettent parfois des métaux lourds (cadmium, zinc, plomb, etc.) dans le sol, mais il y a également l’utilisation excessive de fertilisants qui polluent l’atmosphère. 
  2. La protection des sols et le maintien du rendement de cultures alimentaires
  3. L’amélioration du couvert végétal sur ces terres afin de limiter les phénomènes d’érosion.

Photo de cannabis phytorémediation

Des résultats prometteurs pour le cannabis

La doctorante Marie Luyckx collabore avec l’ISA Lille et l’Université du Luxembourg pour ses travaux. Cela lui a permis de tirer une conclusion préliminaire : le chanvre résiste à un environnement pollué aux métaux lourds. De plus, il aurait la capacité de « réparer » les terres en captant les polluants, sans qu’ils altèrent les propriétés mécaniques de la plante. Cela signifie que les professionnels de l’industrie du cannabis auront toujours la possibilité d’utiliser ses fibres.  

Pour aller plus loin, les chercheurs de l’UCLouvain focaliseront prochainement leurs efforts sur le potentiel pharmaceutique d’autres parties de la plante. On parle essentiellement de fleurs et de cannabinoïdes, produits sur des terres agricoles contaminées.

Le non-usage de pesticides dangereux dans le cannabis légal 

L’Oregon State University a mené de nombreuses recherches à ce sujet. Elles ont pour but de protéger la santé des travailleurs, mais aussi de préserver l’environnement. Eh bien, les résultats sont plutôt mauvais. Au cours d’une étude effectuée entre 2016 et 2017, les scientifiques auraient effectivement identifié 50 pesticides, dont 9 considérés comme hautement ou extrêmement dangereux par l’Organisation mondiale de la santé. 

La Californie en particulier autoriserait l’utilisation de 2 de ces pesticides « hautement dangereux » dans la culture du cannabis. Il s’agit de l’oxamyl et de la cyfluthrine. Cependant, il y a pire. Les pesticides se retrouveraient dans certains produits dérivés du chanvre. Les nouveaux médicaments qui ont échoué après analyse contiendraient par exemple 4 fois plus de pesticides que les produits à usage récréatif. 

De l’autre côté, on dénombrerait également 2 700 échantillons de produits à usage récréatif avec des résultats négatifs. Tandis qu’ils seraient 900 pour la catégorie médicale (à différents degrés). Quoi qu’il en soit, les concentrés présentaient les concentrations de pesticides les plus faibles. Des recherches antérieures ont par ailleurs démontré qu’un tiers des travailleurs de l’industrie de cannabis réprouveraient la manipulation de pesticides.

Photo de pesticides agriculture chanvre

Une autre problématique concernant la prohibition du cannabis 

Dans l’Oregon, environ 6,7 % des produits récréatifs auraient échoué aux tests de pesticides. Près de la moitié de tous les extraits testés avaient également une concentration de pesticides trop élevée. Toutefois, le vrai problème réside dans le fait qu’il n’existe aucune indication sur la concentration de pesticides dans les produits qui ont échoué ou encore sur le nom de ces derniers. D’autres réglementations devraient alors être mises en place pour normaliser cette question. Aussi, il est à rappeler que, sans l’instauration d’un marché légal du cannabis, ces produits auraient été distribués sur le marché illicite.

Le chanvre, une vraie aubaine pour les agriculteurs

L’industrie du chanvre est en pleine croissance. Cela est certes dû à une demande grandissante (ce qui équivaut à plus d’opportunités économiques). Néanmoins, la plante présente aussi un intérêt certain en matière d’écologie.

  • Tout d’abord, sa culture ne nécessite ni intrant ni irrigation. Cela démontre encore une fois la résistance qu’on lui associe. 
  • Deuxièmement, le plant de cannabis possède un système racinaire profond qui structure le sol, tout en restituant l’azote. C’est ainsi qu’il contribue à la préservation des éléments nutritifs et fertilisants dans les terres agricoles. 
  • Mieux encore, le chanvre excellerait dans le stockage du CO₂. En réalité, un hectare absorberait 15 tonnes de dioxyde de carbone par an, soit l’équivalent de la performance d’un hectare de forêt. 
  • Enfin, la plante de chanvre ne nécessite quasiment aucun entretien entre la semence et la récolte. En plus, il s’agit d’un excellent couvre-sol contre les mauvaises herbes grâce à sa croissance rapide.

Cannabis, une alternative intéressante en matière d’agriculture écologique

L’agroéologie est une préoccupation de plus en plus présente chez les agriculteurs. C’est d’autant plus vrai pour ceux de la nouvelle génération. Face au réchauffement climatique, privilégier les cultures écologiques semble indispensable. De plus, il s’agit d’une excellente solution pour répondre aux attentes des consommateurs qui recherchent une production plus saine, sûre et durable. Il ne serait pas étonnant de constater l’essor continu des cultures respectueuses de l’environnement au cours des prochaines décennies. 

Cette tendance pourrait d’ailleurs impacter l’industrie du cannabis. Après tout, le « hemp » (chanvre en anglais) suscite un intérêt accru auprès des industriels et entrepreneurs du monde entier. Pour cause, cette plante permet de multiples usages. 

  • Les plus courants concernent la fabrication de tissus, cordages, matériaux de construction et d’isolation…
  • On le retrouve également dans la plasturgie automobile (fibres), les combustibles, les biocarburants ou encore les produits cosmétiques.
  • Souvent, les consommateurs se tournent pareillement vers des produits alimentaires (l’huile de chanvre est par exemple riche en oméga 3 et 6 par exemple). Les animaux peuvent même profiter des graines, chènevis ou autres. 
  • Bien entendu, les médicaments à base des cannabinoïdes du cannabis (Epidyolex et Sativex) sont aussi aujourd’hui accessibles sur ordonnance. 
  • Sans oublier bien sûr les produits de la filière du chanvre bien-être qui sont principalement à base de cannabidiol CBD.

Photo de cannabis agroécologie

Une opportunité réelle pour l’industrie pharmaceutique

Le cannabis bénéficie aujourd’hui d’un regain d’intérêt de la part de la communauté scientifique. Il est tombé aux oubliettes pendant de nombreuses décennies sous l’influence de l’industrie pharmaceutique. Néanmoins, on assiste aujourd’hui à un engouement sans précédent quant à ses attraits médicaux. Cela a permis le développement de quelques médicaments profitant d’une homologation progressive. On associe alors le terme « médical » ou « thérapeutique » au chanvre dans ce cas. 

Grâce à la multiplication des recherches, on redécouvre avec force les qualités thérapeutiques de la plante, y compris sous sa forme naturelle (fleurs de CBD). Ceci dit, le cannabis renferme encore de nombreux secrets à découvrir. Cela concerne essentiellement le fonctionnement réel de divers cannabinoïdes qui reste aujourd’hui incompris.

Le chanvre au service de la culture écologique

À l’heure actuelle, le chanvre fait partie des cultures les plus respectueuses de l’environnement. Cet avantage, il le doit à ses caractéristiques typiques. 

  • On a déjà notamment parlé de son système racinaire profond (jusqu’à 3,5 m) et en pivot. Il offre donc une grande résistance face à la sécheresse. Nécessitant très peu d’eau pour pousser, il est possible d’espacer l’arrosage, tout en éliminant les besoins d’irrigation. Comme plusieurs régions du globe font aujourd’hui face aux problèmes de sécheresse, la culture de cannabis peut se montrer comme une solution idéale pour redonner de l’espoir à de nombreux agriculteurs du monde entier. Cela, tout en contournant les pièges de la dégradation des sols, du climat et de la biodiversité
  • Ce système racinaire participe également à la structure du sol et valorise l’ensemble des éléments fertilisants dans la terre.
  • Pareillement, la culture écologique de chanvre ne nécessite aucun intrant en termes de produits phytosanitaires. C’est-à-dire : plus d’insecticide, ni fongicide ni herbicide ! 
  • Aussi, le chanvre restitue de l’azote dans le sol (contrairement au coton, par exemple). Pour rappel, cela s’avère indispensable pour éviter d’épuiser les éléments nutritifs de la terre. C’est surtout vrai dans le cas d’un site qui n’est pas utilisé en rotation avec d’autres cultures.
  • N’oublions pas non plus que le plant de cannabis stocke du CO₂ dans ses structures et participe ainsi à la lutte contre le réchauffement climatique.
  • Enfin, le chanvre pourrait faire office de « bon réservoir de biodiversité » — notamment pour « des espèces hygrophiles et ombrophiles d’insectes et d’arthropodes de types forestiers rares et écologiquement fragiles (araignées, scarabées, mouches et guêpes prédatrices) ». Ces espèces peuvent à la fois jouer un rôle régulateur ou ravageur de cultures.

En résumé 

Nous voilà déjà à la conclusion, qui n’en sera pas une ! Partageons plutôt un message d’espoir ! En 2023, nous ne sommes plus au temps des grands discours pour légitimer le cannabis dans notre société. Il s’impose à nous pour ses valeurs thérapeutiques pour la santé humaine. Il présente également des atouts indéniables à l’égard de la biodiversité. Sans oublier les avantages de sa culture par rapport à la dépollution des sols et de l’air. Alors, à travers les différents réseaux du canal Cannabig Info ou mes réseaux sociaux chanvre_h_i_b_o_o_x_x_x_france, je ne vous demande pas de devenir militant comme moi. Trouvez juste le sujet qui correspond à votre vision concernant l’intérêt du cannabis. Approfondissez vos connaissances à cet égard et partagez-les avec votre entourage. Le chanvre doit redevenir une culture majoritaire au niveau mondial pour ses aptitudes dans plusieurs domaines.

Écrit par romain.l

Responsable des réseaux sociaux chanvre_h_i_b_o_o_x_x_x_france 

#2022CHANVREMENBON

spot_img

Articles Similaires

Changement de Cap en Thaïlande : Le Retour du Cannabis surla Liste des Stupéfiants d’ici fin 2024

La Thaïlande, autrefois pionnière dans la dépénalisation du cannabis,...

Le Pakistan Va Légaliser le Cannabis à des Fins Médicinales : Une Révolution en Marche

Le gouvernement pakistanais vient d’annoncer une décision historique :...

Référendum sur le Cannabis en Slovénie : Nouvelles Perspectives et Défis

Le 9 juin prochain, les électeurs slovènes se prononceront...

Comment Identifier une Huile de CBD de Qualité

Dans un marché en pleine expansion du cannabidiol, la...

Le Taux Légal de CBD au Luxembourg : Ce Qu’il Faut Absolument Savoir

Le marché en plein essor du cannabidiol s'étend progressivement...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img