THC : comment s’en débarrasser avant un test de dépistage ?

Partagez cet article

 

De nombreux pays et de nombreux domaines ont légalisé la consommation du cannabis. Cependant, la réglementation concernant le THC reste inflexible et stricte. Des dépistages sont mis en place pour détecter cette molécule. Cependant, quand on est adepte de la marijuana, ces dépistages ne sont pas des moments de plaisir. Ne vous inquiétez plus, dans cet article, vous découvrirez quelques conseils pour vous débarrasser du THC avant un test.

test au laboratoire du THC

La durée pour que le THC disparaisse de l’organisme

Le THC se trouve dans la marijuana. Ainsi, en consommant ce produit, le THC entre dans notre organisme. Plus le taux de THC dans le chanvre est élevé, plus longtemps la molécule restera dans votre organisme. En général, on peut détecter la présence du THC dans l’organisme avec un test urinaire, salivaire, sanguin ou encore capillaire. Pour un dépistage salivaire et urinaire, le THC est détectable dès le premier jour de consommation jusqu’à une trentaine de jours après. Il est aussi possible de définir si vous avez consommé le THC depuis des mois grâce à vos cheveux.

Ainsi, si des tests de dépistage sont prévus d’ici un mois, il est préférable d’arrêter de consommer du cannabis ou des produits à base de cette molécule dès aujourd’hui.

Les techniques pour éliminer le THC de son organisme

Vous n’avez pas été prudent , or un dépistage de THC se profile à l’horizon? N’ayez crainte, nous avons quelques conseils qui peuvent vous aider.

Conseil n° 1 : stopper immédiatement la consommation de cannabis

Bien évidemment, il faudra minimiser le taux de tétrahydrocannabinol dans votre organisme. Pour ce faire, il faut commencer par arrêter de consommer le cannabis sous toutes ses formes. En arrêtant net l’approvisionnement en THC, vous permettez à votre organisme d’éliminer les restes.

Ainsi, arrêter la consommation de cannabis au plus tôt est la meilleure chose à faire. De cette manière, vous pouvez garantir un test négatif au tétrahydrocannabinol lors du dépistage, . D’autant plus que la durée nécessaire pour que l’organisme élimine complètement le THC est très subjective. En effet, elle dépend de nombreux facteurs : fréquences de consommation, quantités et concentration du cannabis consommé.

Conseil n° 2 : rester bien hydraté

Pour éliminer les toxines dans l’organisme, on nous conseille souvent de boire beaucoup d’eau. Devinez quoi ? Cette technique marche aussi pour éliminer le THC de son corps. Toutefois, ce n’est pas une technique miraculeuse puisque l’eau ne va pas supprimer comme par magie le fait que vous ayez consommé du cannabis.

Si vous faites un dépistage urinaire, cette méthode peut bien vous aider. En urinant, vous allez évacuer tous les déchets présents dans votre organisme, dont le THC. Ainsi, pour espérer un test négatif, il est conseillé d’uriner autant de fois que possible entre un à deux jours avant le dépistage. De même, le jour J, vous ne devez pas oublier de continuer à vous hydrater. Le but est de diluer autant que possible l’urine pour que la détection du THC soit difficile.

Conseil n° 3: la cure de boisson détox

Certes, l’eau est efficace, mais vous pouvez aussi opter pour une boisson détox. Elle hydrate votre corps et améliore son fonctionnement. Grâce à cette boisson, vous allez pouvoir éliminer les molécules  indésirables comme le THC. De plus, on peut facilement trouver ces boissons sur le marché et les différents parfums aident ceux qui ont du mal à boire de l’eau.

Conseil n° 4 : la cure de zinc

Une étude a démontré que le zinc était un élément qui pouvait fausser le résultat d’un dépistage de THC. En effet, si vous avez récemment consommé du THC, en effectuant une cure de zinc, le résultat du dépistage affichera un faux négatif. Le zinc pourra masquer la présence du tétrahydrocannabinol dans l’urine pendant une demi-journée. Ce laps de temps est suffisant pour que vous passiez haut la main le test.

Cette méthode est pratique et efficace. Ainsi, si vous avez un dépistage d’ici quelques jours, vous pouvez faire à la pharmacie et demander une dose de zinc. Il est à noter que la cure de zinc n’est adaptée que dans un cas de consommation ponctuelle de THC et non régulière.

Conseil n° 5 : l’usage du charbon actif

Depuis de nombreuses années, on utilise le charbon actif pour éliminer les molécules en surdose dans notre organisme. De la même manière qu’il gère les problèmes de surdosage en médicament, le charbon actif filtre la molécule et l’évacue comme des déchets dans l’urine et la sueur.

Pour conclure, la seule alternative pour éviter un résultat positif au THC lors d’un dépistage est d’éviter la consommation de marijuana. Cependant, si vous êtes adepte de cette plante, vous pouvez toujours user de quelques astuces pour réussir le test et éviter les problèmes. En attendant de passer le test, vous pouvez aussi vous tourner vers d’autres substances comme le delta-8 THC qui offrent des bienfaits satisfaisants.

spot_img

Articles Similaires

DEA : La teneur en THC du cannabis illicite atteint 16% aux États-Unis

Selon la DEA, les États-Unis connaissent actuellement une hausse...

Cannabis aux USA : La lutte pour la légalisation fédérale

Lors d'une audience fédérale, des entreprises de cannabis du...

Cannabis : Plus de fumeurs que de gros buveurs aux États-Unis

Une étude révèle que le nombre de consommateurs quotidiens...

Une Nouvelle Étude Révèle les Effets du THCV et du CBD sur la Perte de Poids

Les cannabinoïdes continuent de fasciner les chercheurs pour leurs...

Une nouvelle étude révèle les impacts insoupçonnés du cannabis sur le cœur et le cerveau

Le cannabis, longtemps utilisé pour ses propriétés médicinales, est...

Découvrez la Recette de Smoothie au CBD pour une Journée sans Stress

Le CBD, abréviation de cannabidiol, gagne en popularité en...
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img
spot_img